«Gloria Bell»: Julianne Moore prouve qu'il n'y a pas d'âge pour être sexy

FEMME ETERNELLE Julianne Moore est éblouissante dans le remake de « Gloria », portrait d’une quinquagénaire épanouie, qui sort en salle ce mercredi, sous le titre « Gloria Bell »

Caroline Vié

— 

Julianne Moore et John Turturro dans «Gloria Bell» de Sebastián Lelio
Julianne Moore et John Turturro dans «Gloria Bell» de Sebastián Lelio — Mars Films
  • Sebastián Lelio livre un remake très réussi de son film « Gloria » sortie en 2013.
  • Julianne Moore y reprend son rôle de femme de 58 ans qui redécouvre la passion amoureuse.
  • Son alchimie avec John Turturro est un des moteurs de cette histoire galvanisante.

On a toujours un peu peur quand un réalisateur non américain est invité par Hollywood pour réaliser le remake d’un de ses précédents films. A tort : Gloria (2013) gagne à avoir été retourné avec  Julianne Moore dans le rôle principal. L’actrice remplace  Paulina Garcia et le réalisateur Sebastián Lelio, oscarisé en 2018 pour Une Femme fantastique, donne une nouvelle dimension à un film qui s’appelle désormais Gloria Bell.

Cette histoire de femme de 58 ans qui redécouvre l’amour avec passion mérite d’être découverte par un large public. Et cela d’autant plus que le duo formé par Julianne Moore et John Turturro, qui s’étaient déjà donné la réplique dans The Big Lebowski des frères Coen, est époustouflant.

Un thème d’actualité

« Cette nouvelle version est totalement ancrée dans son époque parce que nous avons eu cinq ans de débats et que l’aspiration des femmes d’un certain âge à être entendues, vues et respectées – et leur revendication à jouir de la vie – a soudain un caractère d’urgence », déclare le cinéaste chilien dans le dossier de presse.

On n’a pas toujours 20 ans

Cela fait un bien fou de voir des personnages largement quinquagénaires profiter de l’existence et d’une sexualité trépidante. Julianne Moore communique une énergie communicative à l’ensemble. Gloria Bell, le film comme l’héroïne qui lui donne son titre, galvanisent le spectateur.

Cela donne envie de chanter

Gloria Bell ne chante pas toujours très juste dans sa voiture, mais qu’importe : cela nous la rend d’autant plus sympathique. Des tubes d’Olivia Newton John à ceux d’Air Supply, on se surprend à fredonner les refrains pendant la projection ! C’est l’une des forces du film que de donner envie de chanter, de danser et de célébrer toutes les joies de l’existence… sans limite d’âge.