«Mais vous êtes fous»: L'amour est une drogue dure pour la réalisatrice Audrey Diwan

ADDICTION Céline Sallette et Pio Marmaï forment un couple accusé d’avoir drogué ses enfants dans « Mais vous êtes fous » en salle le 24 avril

Caroline Vié

— 

Céline Sallette dans «Mais vous êtes fous» d'Audrey Diwan
Céline Sallette dans «Mais vous êtes fous» d'Audrey Diwan — Version Originale
  • Dans « Mais vous êtes fous », une jeune femme découvre que son mari est drogué et qu’il a contaminé toute la famille.
  • Audrey Diwan s’inspire d’une histoire vraie.
  • Elle livre un film qui parle d’amour tout autant que d’addiction.

Quelle surprise que ce film Mais vous êtes fous, première réalisation de la journaliste et scénariste Audrey Diwan ! Une mère de famille ( Céline Sallette) voit sa vie paisible basculer quand elle découvre que son mari, père de ses enfants, est drogué et qu’il a contaminé toute la famille.

« Je suis tombée sur cette histoire par hasard quand l’amie d’une amie s’est confiée à moi, explique Audrey Diwan. Du jour au lendemain, sans qu’elle puisse s’expliquer comment, elle s’est retrouvée soupçonnée d’avoir drogué ses enfants. » De là à envisager d’en faire un film, il n’y avait qu’un un pas, franchi avec talent par la réalisatrice qui a commencé sa carrière comme journaliste.

La loyauté malgré tout

« Le thème de l’addiction me passionnait tout comme celui de la confiance », précise la cinéaste. Son héroïne, totalement innocente, se voit privée de ses enfants et de l’époux qu’elle chérit depuis des années. Bien qu’il l’ait trahie, elle ne peut pas s’empêcher d’aimer ce charmeur joué par Pio Marmaï. « Il a si bien caché son problème qu’elle tombe des nues, insiste Audrey Diwan. Elle doit aussi se frotter à un entourage hostile pensant qu’elle doit le quitter.

L’amour, cette drogue dure

« Elle est accro à lui comme il l’est à la drogue, insiste Audrey Diwan. Elle ne sait pas comment réagir parce qu’elle a toujours vécu une existence protégée qu’elle se voyait mener jusqu’à sa mort. » On ne révélera pas le fin mot de l’histoire que la réalisatrice dévoile une fois que toutes les hypothèses sont passées en revue. « Il est paradoxal que l’amour de cet homme pour les siens cause finalement leur malheur », reconnaît la cinéaste. Elle fait partager la sidération et le désespoir de son héroïne sans pour autant chercher à l’angéliser.

Une histoire universelle

La drogue n’est finalement qu’accessoire dans ce film qui parle surtout de passion et de mensonge. « Quiconque a déjà été trahi par un être profondément aimé peut comprendre ce que l’héroïne ressent », martèle Audrey Diwan. Mais vous êtes fous devient universel par la façon dont la cinéaste dissèque le sentiment amoureux et les actions déraisonnables qu’il fait accomplir. Tout le monde peut se retrouver dans cette première œuvre brillante qui révèle une cinéaste très douée.

Audrey Diwan a aussi coécrit «Aux yeux de tous»