VIDEO. Marathon Marvel 2/3: «Iron Man 3», «Thor 2», «Captain America 2»... Le MCU à l'épreuve des suites

AVANT «AVENGERS: ENDGAME» «Avengers : Endgame» sort au cinéma dans deux jours, mercredi, c'est le moment ou jamais, le timing parfait pour continuer notre marathan des 21 films du Marvel Cinematic Universe

Vincent Julé

— 

Captain America, le soldat de l'hiver
Captain America, le soldat de l'hiver — Disney/Marvel

Onze ans, vingt et un films, quarante-huit heures de métrage… Comme ironise Tony Stark dans la bande-annonce : « J’ai l’impression que c’était il y a mille ans ». En salle mercredi, le bien nommé Avengers : Endgame est l’apothéose d’une décennie Marvel Studios, la « fin de partie », ou plutôt la fin d’une partie, du Marvel Cinematic Universe (MCU). L'occasion pour 20 Minutes de se lancer dans un marathon de tous les films, un marathon sans pause pipi de trois jours, à l’image des trois phases du MCU. Après la Phase I, c’est parti pour la seconde, d’Iron Man 3 à Ant-Man.

8h : « Iron Man 3 », l’impossible conciliation

Si Robert Downey Jr. doit son retour en grâce, et à la tête du box-office, à Iron Man, il doit aussi beaucoup au néo-polar Kiss Kiss Bang Bang, qui a montré qu’il était cool à nouveau et qui est signé Shane Black, le scénariste star des années 80-90 (L'Arme fatale, Le Dernier Samaritain, Last Action Hero). L’acteur fait ainsi appel à lui pour Iron Man 3, ultime effort de concilier blockbuster Marvel et film d’auteur. Si le film garde la patte et la personnalité de Shane Black (le buddy movie, la figure de l’enfant, les punchlines, le twist du Mandarin), elles peinent à s’épanouir dans le cadre de plus en plus restrictif de Marvel. Dernier doigt d’honneur, la sacro-sainte scène post-générique voit Bruce Banner endormi et saoulé par les aventures que lui racontent Tony Stark.

10h10 : « Thor - Le Monde des Ténèbres », le film pour rien

Thor 2 fait très fort, à l’image d’une partie des héros à la fin d’Infinity War, il se désintègre sous nos yeux au fil des minutes. A peine terminé, déjà oublié. Rien ne reste en mémoire, si ce n’est que Marvel a un vrai problème avec les méchants, ici Malekith mais qui s’appelle Darren Cross dans Ant-Man ou Kaecilius dans Doctor Strange. Des personnages interchangeables, inconséquents, inutiles. Vivement Thanos.

12h02 : « Captain America - Le Soldat de l’Hiver », le modèle du genre

Le meilleur film Marvel ? Certains fans le pensent encore aujourd’hui. En embauchant Anthony et Joe Russo, remarqués pour leur travail sur la série pop Community, le studio espère réitérer le même miracle qu’avec Joss Whedon sur Avengers. Les frères connaissent leurs classiques du cinéma et de la pop culture, et les citent à la lettre, avec efficacité mais sans imagination. Ils vont même jusqu’à prendre Robert Redford pour appuyer la référence aux Trois jours du Condor et au thriller politique.

Face au succès public et critique, il y aura un avant et après Le Soldat de l’Hiver. Voilà à quoi ressembler un film Marvel Studios : un produit bien écrit, bien shooté, bien emballé, mais sans véritable regard ou projet de mise en scène. Ce sont les discussions dans des bureaux anonymes, les combats sur des parkings, les scènes désamorcées par une blague et une direction artistique monochromatique, couleur béton.

14h18 : « Les Gardiens de la Galaxie », tout ça n’a pas vraiment d’importance

Le sursaut ou salut de Marvel ? A l’instar d’un Joss Whedon ou d’un Shane Blake, le réalisateur James Gunn a son petit univers, son petit caractère, lui qui a été formé à l’école mal élevée Troma de Lloyd Kaufman. Avec sa nostalgie assumée, ses héros hauts en couleur et la cool attitude élevée en philosophie de vie, Les Gardiens de la Galaxie secoue un peu le MCU. Un peu mais pas trop. En effet, alors que l’univers est encore menacé de destruction, le film finit de rappeler que tout ça n’a pas vraiment d’importante, que tout peut se régler par une vanne ou une danse.

16h19 : « Avengers : L’Ere d’Ultron », statut « c’est compliqué »

On prend les mêmes, et on recommence ? Joss Whedon reste a priori le seule maître à bord de la suite d’Avengers, mais les choses ont changé, les productions s’enchaînent à un rythme quasi industriel et surtout exponentiel. L’auteur-réalisateur voulait un film plus petit, plus personnel, plus dur, mais Marvel a un autre film en tête. Si L'Ere d'Ultronassure un minimum le spectacle, il n’est pas à la hauter des attentes. Pourtant, Joss Whedon essaie bien de raconter une histoire, miroir du premier épisode. Avengers était consacré aux geeks qui prenaient le pouvoir (Tony Stark, Steve Rogers, Bruce Banner…), la suite est acquise aux freaks qui ne trouvent pas leur place dans ce monde (Ultron, Hulk, Quicksilver, Scarlet Witch…). Freaks and geeks ? Une belle idée.

18h40 : « Ant-Man », de grandes espérances

Bye bye la politique des auteurs. Pendant plus de dix ans, Edgar Wright rêve d’adapter Ant-Man sur grand écran, un projet idéal pour le metteur en scène de Shaun of the Dead et Scott Pilgrim. Il signe même avec Marvel Studios dès 2006, mais à quelques mois du tournage en 2014, il quitte le projet pour « différents artistiques ». D’après ses dires, il avait envie de faire un film Marvel, mais il ne pense pas que Marvel avait vraiment envie de faire un film d'Edgar Wright.

Marvel le remplace par un « yes man », Peyton Reed, réalisateur de la comédie… Yes Man. Malgré quelques fulgurances visuelles et le jeu anachronique mais bienvenu de Paul Rudd, le film est aussi riquiqui que son héros. Il marque d’ailleurs la fin de la Phase II parce que… parce que voilà quoi.

Rendez-vous demain mardi pour la Phase III, de Captain America : Civil War à Captain Marvel.