« 90’s » : L’acteur Jonah Hill skate sur les années de sa jeunesse dans les années 1990

SKATE L'acteur Jonah Hill signe un premier film centré sur le skate dans les années 1990 avec «90's», en salle le 25 avril

Caroline Vié

— 

«90's» de Jonah Hill
«90's» de Jonah Hill — Tobin Yelland/Diaphana

Jonah Hill, comédien vu notamment dans Le loup de Wall Street ou War Dogs passe derrière la caméra pour 90's. Le film évoque une jeunesse qui aurait pu être la sienne à travers le destin d’une bande de skateurs californiens.

« C’est un milieu que je fréquentais beaucoup pendant mon adolescence, confie-t-il. Je ne me débrouillais pas très bien en skate, mais je cherchais une tribu. » Difficile de ne pas penser à Larry Clark, Richard Linklatter ou Gus Van Sant devant cette chronique acide sur fond de passage à l’âge adulte. Mais Jonah Hill parvient à s’approprier son sujet.

L’ombre de Jonah

Bien que le réalisateur jure ses grands dieux que son film n’est pas autobiographique, on ne peut s’empêcher de se dire que son héros poupin et complexé lui ressemble un peu. Cela rajoute une émotion palpable aux aventures de ce gamin qui tente d’échapper à un frère brutal, joué par un Lucas Hedges très flippant.

La sensibilité de Jonah

Plus que sur le sport lui-même, son film est centré sur les rapports qui unissent ces jeunes de Los Angeles et un gamin de 13 ans prêt à tout pour avoir l’air cool. Même à voler de l’argent à sa mère et à se mettre physiquement en danger. Tout cela sonne juste dès les premières images.

Le son de Jonah

La bande-son est ahurissante par la manière dont elle replonge au milieu des années 1990 où se situe le film. Wu Tang, Cypress Hill et Mobb Depp rythment les aventures tragicomiques d’adolescents à l’humour dévastateur. Jonah Hill a vécu cette période et cela se sent. On voyage dans le temps avec ce premier film prometteur d’une belle carrière de cinéaste.

«Paranoid Park»: Remords et skate-board selon Gus Van Sant