VIDEO. «Le Parc des merveilles» transforme les objets du quotidien en attractions à sensation

ANIMATION « 20 Minutes » a découvert les attractions étonnantes du film d’animation « Le Parc des merveilles » au cinéma le 3 avril

Caroline Vié

— 

Le parc de merveilles de Dylan Brown
Le parc de merveilles de Dylan Brown — Paramount France
  • « Le Parc des merveilles » a été créé par une maman et sa fillette.
  • Quand la maman tombe malade, l’enfant se retrouve au milieu des attractions et des mascottes.
  • Elle doit sauver le parc dans cette ode à la créativité et l’amour filial.

Plonger dans les attractions du Parc des merveilles d’André Nemec et Josh Appelbaum, c’est découvrir le monde imaginaire d’une petite fille et de sa maman. Cet univers prend vie dans une dimension parallèle jusqu’au jour où la mère, malade, doit s’absenter. La gamine déprimée provoque alors la perte du parc qu’elle détruit par chagrin avant de se retrouver en chair et os au milieu de ses créations.

Cette ode à l’imagination et à l’amour filial dont Marc Lavoine, Frédéric Longbois et Odah et Dako font les voix françaises est une excellente surprise bourrée de gags. « On a essayé d’adopter le point de vue d’une enfant pour essayer de voir ce qu’elle trouverait cool », expliquent les réalisateurs dans le dossier de presse. C’est ainsi que la petite fille monte un véritable parc à partir des objets qui lui passent par la main.

« Même si toutes ces  attractions n’existent pas, on a fait en sorte qu’elles s’appuient tout de même plus ou moins sur les lois de la physique », précisent les deux compères. 20 Minutes en retenu trois d’entre elles qu’on est en droit de rêver de voir un jour en vrai.

De simples ballons gonflés à l’hélium

De simples ballons gonflés à l’hélium permettent de flotter dans les airs et les poissons rouges se transforment en chevaux de carrousel quittant leur manège pour caracoler vers l’aventure. L’enfant n’a que peu de temps pour sauver le parc surtout que le primate qui l’a aidée à concevoir les attractions a disparu. Montagnes russes et araignée géante seront de précieux atouts pour sa mission.

Des peluches comme mascotte

Ours balourd, porc-épic craquant et rongeurs charmants et singe inventif étaient d’abord des peluches dans les coffres à jouet de la petite héroïne. Ils deviennent les mascottes d’un parc bientôt investi par des primates devenus méchants quand la fillette renonce à entretenir sa création. « Que cela déclenche des conflits parmi les animaux nous semblait intéressant », précisent les réalisateurs du film.

Des pailles comme toboggan

L’une des attractions les plus réussies est un spectaculaire toboggan conçu à partir de pailles multicolores habilement tordues et de guimauves. Il témoigne de l’imagination des auteurs comme de celle de la gamine. Le spectateur imagine l’attraction à taille humaine et se verrait bien glisser dans ses tubes vers une fin heureuse qui permet de terminer le film dans la joie et la bonne humeur.