VIDEO. «Mon meilleur ami»: L'amour peut bien se passer du sexe, la preuve dans ce film argentin

PLATONIQUE Le réalisateur argentin Martin Deus justifie son choix de ne pas transformer ses héros en amants dans « Mon meilleur ami » au cinéma le 27 mars

Caroline Vié

— 

 Angelo Mutti Spinetta et  Lautaro Rodríguez dans Mon  meilleur ami de Martin Deus
Angelo Mutti Spinetta et Lautaro Rodríguez dans Mon meilleur ami de Martin Deus — Epicentre
  • Martin Deus signe un premier film réussi autour de la camaraderie de deux adolescents gays.
  • « Mon meilleur ami » est librement inspiré de la propre vie du cinéaste argentin.
  • La relation complexe entre les deux héros ne passe à aucun moment par la sexualité.

 

Deux jeunes gays deviennent copains quand des soucis familiaux les obligent à cohabiter. Caito le rebelle va alors bouleverser l’existence du sage Lorenzo dans Mon meilleur ami, œuvre sensible tournée dans les paysages sublimes de la Patagonie.

« Ces deux garçons n’ont pas grand-chose en commun à part le besoin de se confier, explique à 20 Minutes le réalisateur argentin Martin Deus, dont c’est le premier film. En d’autres circonstances, ils ne se seraient sans doute pas adressé la parole. » Chacun est à une époque différente de sa vie personnelle. Lorenzo découvre sa sexualité quand Caito, plus mûr, l’assume déjà pleinement.

Émotionnellement autobiographique

Lautaro Rodriguez et Angelo Mutti Spinetta, tous deux inconnus en France, sont éblouissants pour donner vie au duo. Le côté sauvage du premier contraste efficacement avec l’aspect sage de son binôme librement inspiré du réalisateur. « Je reprendrais une expression de Tenessee Williams pour dire que mon film est "émotionnellement autobiographique" car je ressemblais à Lorenzo quand j’étais ado », raconte Martin Deus. Comme son personnage, le cinéaste avait du mal à exprimer ses désirs et ses sentiments à cette époque.

Entre rivalité et fascination

Les deux héros sont complémentaires. « Chacun envie et admire ce que l’autre a », précise le cinéaste argentin. Le gamin introverti aimerait être aussi libre que son pote. L’adolescent tête brûlée envie la stabilité de son camarade. Leur rencontre leur permet d’évoluer dans le bon sens, chacun communiquant une partie de ses qualités à son ami. « J’ai hésité à les rendre amants, précise Martin Deus, mais je trouvais plus intéressant de leur faire explorer d’autres rapports, bien qu’ils aient la même orientation sexuelle. » Entre rivalité et fascination, ses héros apprennent à composer avec leurs forces et leurs faiblesses, sans avoir besoin de coucher ensemble.

En quête d’eux-mêmes

« Je voulais montrer que leur évolution est existentielle et qu’il n’est pas indispensable d’avoir une relation physique pour être proche de quelqu’un », reconnaît Martin Deus. Sans recourir au sexe pour être émouvants, ces jeunes héros en quête d’eux-mêmes le démontrent de façon convaincante.