Macha Méril veut créer un festival de musiques de films en hommage à Michel Legrand

HOMMAGE L'actrice a également un projet de fondation en son nom, «une petite Villa Médicis, avec une salle de concerts, d’enregistrement, de cinéma»

20 Minutes avec AFP
Catherine Deneuve et Françoise Dorléac dans un extrait des «Demoiselles de Rochefort»
Catherine Deneuve et Françoise Dorléac dans un extrait des «Demoiselles de Rochefort» — NANA PRODUCTIONS/SIPA

Un festival des comédies musicales et des musiques de films ? C’est le projet de l’actrice Macha Méril, femme du compositeur Michel Legrand décédé en janvier, une manière de faire vivre son héritage. « On va commencer avec Stéphane Lerouge, le biographe de Michel, par un festival consacré aux comédies musicales et aux musiques de films, explique-t-elle dans un entretien au Parisien. L’idée plaisait beaucoup à Michel. Il ne voulait ni un musée ni une école. Il voulait de la musique vivante. J’espère organiser le premier l’an prochain, aux beaux jours. »

Une fondation en son nom

La comédienne de 78 ans a également indiqué vouloir « créer une fondation en son nom ». « Il avait cette maison à Montargis dont j’aimerais faire une petite Villa Médicis, avec une salle de concerts, d’enregistrement, de cinéma, des logements pour les musiciens », a-t-elle ajouté, précisant que c’était « un projet de longue haleine ».

Macha Méril a aussi indiqué que les partitions du musicien trois fois oscarisé allaient être numérisées : « C’est un trésor. Je suis aidée par le ministère de la Culture et par Brigitte Macron qui m’a reçue à l’Elysée et qui a compris qu’il y avait eu une petite injustice autour de Michel ».

Michel Legrand, l'un des maîtres de la musique de films, dont la carrière de plus de cinquante ans lui a valu une renommée internationale, est décédé le 26 janvier à l’âge de 86 ans. Musicien touche-à-tout, il a signé parmi les plus grands thèmes du cinéma, des Parapluies de Cherbourg aux Demoiselles de Rochefort, et travaillé avec les plus grands réalisateurs et musiciens, de Ray Charles à Orson Welles, en passant par Jean Cocteau, Frank Sinatra, Charles Trenet et Édith Piaf.