VIDEO. «Dragonball Super Broly» vu par ses doubleurs historiques

VF Deux des doubleurs historiques de « Dragonball Super Broly » évoquent leur expérience avec « 20 Minutes » à l’occasion de la sortie du film en salle le 13 mars

Caroline Vié
— 
Dragon Ball: Super Broly de Tatsuya Nagamine
Dragon Ball: Super Broly de Tatsuya Nagamine — Wild Bunch Distribution
  • Brigitte Lecordier et Mark Lesser font partie des doubleurs qui travaillent sur la saga « Dragon Ball » depuis un quart de siècle.
  • Ils ont repris du service pour « Dragon Ball Super Broly ».
  • Cette expérience sur ce classique de l’Anime est unique dans leur carrière.

Dans la famille Dragon Ball Super Broly , je demande les doubleurs. Brigitte Lecordier (Goku enfant, entre autres) et Mark Lesser (le redoutable Broly dans ces nouvelles aventures vitaminées) sont les voix historiques d'un anime qui a fait les beaux jours du Club Dorothée dans les années 1980-90.

Tandis que Tatsuya Nagamine envoie les héros Goku et Vegeta affronter le Super Saïyen Broly dans un combat homérique, nos deux complices évoquent pour 20 Minutes leurs souvenirs de la saga.

Des voix emblématiques

« Pour beaucoup de fans français, nos voix font partie intégrante de la saga », explique Mark LesserBrigitte Lecordier approuve son confrère. « Je n’aurais jamais pensé être encore là trente ans après avoir commencé ce boulot, avoue-t-elle. Cette aventure a été vraiment spéciale de par sa longévité et la gloire qu’elle nous a apportée. »

Ce qui n’était, au départ, qu’un travail alimentaire est devenu une passion pour les deux doubleurs. « Je me suis attachée à Goku et à ses amis alors que je ne connaissais rien aux dessins animés japonais », avoue Brigitte Cordier.

Des valeurs positives

Le succès des versions françaises n’est pas étranger à celui des séries Dragon Ball. « On s’est approprié les personnages, insiste Mark Lesser, ce qui était d’autant plus évident que la version japonaise est longtemps demeurée inaccessible pour le public français. » Tous deux sont devenus des connaisseurs de l’univers de Dragon Ball. « Les intrigues ne se limitent pas à des scènes de violence, martèle Brigitte Lecordier. Elles défendent des valeurs positives comme l’amitié et la solidarité. » Fort de leur enthousiasme, les doubleurs y vont à fond sans se ménager leurs cordes vocales.

L’énergie comme mot d’ordre

Car il faut une sacrée dose d’énergie pour doubler des personnages capables de se lancer des montagnes à la tête avec de grands hurlements ! « Il y a des années, on enregistrait tous ensemble et on s’amusait bien », se souvient Mark Lesser. Aujourd’hui, chacun fait sa partie en studio de son côté car cette méthode facilite le mixage. « Pour le combat final, j’ai passé plus d’une journée de travail à m’époumoner, raconte Mark Lesser. Je m’étais préparé un traitement de choc à base d’huiles essentielles et de miel. » On se demande quelle tête faisaient les gens passant devant le studio en entendant sa prestation…

La découverte des fans

« Notre profession a longtemps été méprisée par les autres comédiens, explique Brigitte Lecordier. La reconnaissance dont nous profitons aujourd’hui fait du bien. » L’avènement des réseaux sociaux a tout changé pour les doubleurs. Les voilà devenus des stars adulées par des admirateurs avides de les rencontrer. « Ils nous demandent des photos, des autographes, parfois d’enregistrer le message de leur répondeur », précise Mark Lesser. Sans leurs voix, San Goku et ses amis ne seraient pas aussi convaincants pour partir au secours de notre planète.