«Purl»: Pixar dénonce le sexisme en entreprise dans un nouveau court-métrage

ANIMATION Lundi 4 février, Pixar a mis en ligne «Purl» sur YouTube, un court-métrage gratuit dans lequel une pelote de laine rose vit le quotidien des femmes discriminées en entreprise...

Emma Ferrand

— 

La pelote de laine rose Purl de Pixar dénonce le sexisme en entreprise.
La pelote de laine rose Purl de Pixar dénonce le sexisme en entreprise. — Youtube Disney-Pixar / Capture d'écran

Les courts-métrages de Pixar sont des pépites. L'année dernière, le film Bao avait ému Internet avec son histoire d'amour maternel entre une jeune femme asiatique et un petit ravioli chinois. Un succès qui lui a valu une nomination dans la catégorie «Meilleur court-métrage d'animation» aux Oscar cette année. 

Le 4 février dernier, le géant de l'animation a encore une fois frappé fort en sortant son nouveau court-métrage intitulé Purl. Et cette fois-ci, il s’attaque à un fait de société majeur: le  sexisme .

C’est l’histoire d’une pelote de laine rose qui se réjouit de commencer un nouveau job au sein de « B.R.O Capital ». Munie de son badge et de son carton plein de déco pour son nouveau bureau, Purl découvre une entreprise composée à 100 %… d’hommes.

Qu’à cela ne tienne, la pelote n’en perd pas sa motivation ni son enthousiasme. Pourtant, impossible pour elle de s’intégrer auprès de la gent masculine. Ignorée, regardée de haut, analysée de haut en bas, considérée comme un alien… Seule solution pour Purl de s’imposer dans sa boîte de rêve : se tricoter un smoking, et adopter les codes de la virilité.

L’histoire de Purl est inspirée de la vie de la réalisatrice

Purl n’est pas née par hasard. La réalisatrice du court-métrage, Kristen Lester, s’est inspirée d’une de ses expériences pour dénoncer le sexisme en dessin. Dans une interview filmée sur la chaîne YouTube de Disney, elle raconte le début de sa carrière.

« Dans mon premier job, j’étais la seule femme dans la pièce. Pour pouvoir m’intégrer et faire ce que j’aimais, je suis devenue un peu comme ces hommes avec qui je travaillais. Ensuite, je suis arrivée chez Pixar et là, j’ai commencé à bosser en équipe avec des femmes, pour la première fois. Cela m’a aidée à comprendre à quel point j’avais caché et laissé derrière moi mon côté féminin », explique-t-elle.

Si l’histoire de Purl se termine bien et que les pelotes co-travaillent à merveille avec les hommes, la situation n’est pas encore idyllique dans notre monde réel. Selon une enquête du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle datant de 2016, 80 % des femmes salariées estiment qu’elles sont régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes dans le monde du travail.