«Kaamelott»: Et si le film ne voyait jamais le jour?

LOSE Après la fake news du faux casting, les fans de la série pourraient ne pas être à l’abri d’autres mésaventures…

C.W. et B.C.
— 
Et si le film «Kaamelot» ne voyait jamais le jour?
Et si le film «Kaamelot» ne voyait jamais le jour? — Copyright Calt Productions
  • Après des années et des années d’attente, « Kaamelott » va enfin connaître une suite sur le grand écran.
  • Mais en tant qu’œuvre culte, « Kaamelott » peut aussi très vite verser du côté des œuvres maudites.
  • « 20 Minutes » a compilé, pour rire, les raisons d’un possible arrêt du tournage.

Après la sensation de rêve éveillé, le début d’un long cauchemar ? Après avoir attendu plus de 1.000 ans (dix ans en réalité) la confirmation de la préparation d’un film, les fans de Kaamelott ont fait face dimanche à une grosse déception :  une fausse annonce de casting. Juste après l'annonce du début du tournage la semaine dernière, un site spécialisé de casting a relayé l’annonce Pôle emploi d’appel à figurants (qui avait été clôturée auparavant dès le travail terminé), galvanisant les frappadingues de la série, et les incitant à mettre la main à la poche pour y avoir accès… Sur Twitter, Alexandre Astier a posté un message pour mettre en garde les fans.

Et si le bout du tunnel était encore loin pour les fans de Kaamelott ? Et si le film vivait un destin maudit à l’image de  L'Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam ? 20 Minutes a imaginé les pires scénarios qui pourraient enrayer la bonne marche du film.

Report de tournage

Dans un tweet plein d’espoir, Alexandre Astier a annoncé la semaine dernière le lancement imminent du tournage. Si le projet semble être sur la bonne voie, voici une liste non exhaustive des problèmes qui peuvent perturber et/ou reporter un tournage : intempéries (orage, tempête de sable, pluie de pierres…), accident lors d’une cascade (entorse ou sciatique), intoxication alimentaire (les abricots verts de merlin…), maladies contagieuses (varicelle ou syphilis), invasion extraterrestre…

Cela dit, Alexandre Astier a l’habitude des tournages compliqués. Après plusieurs années à s’adapter à la contrainte des formats courts, et des budgets serrés, il a su organiser un tournage dans les studios de Cinecitta, près de Rome, pour le Livre VI.

Une embrouille entre Karadoc et Perceval

Acolytes inséparables dans la série, et si Jean-Christophe Hembert et Franck Pitiot, les deux interprètes des irremplaçables Karadoc et Perceval, s’embrouillaient dans la vraie vie ? Et s’ils refusaient de reprendre leurs rôles respectifs, Alexandre Astier envisagerait-il de les remplacer ? Vu le degré d’hystérie des fans de la série, leur départ semble difficilement envisageable. Et l’attachement du créateur de la série à chacun de ses comédiens, dont il ne manque jamais de louer les talents, pourrait faire capoter le projet tout entier si un seul manquait à l’appel.

Cela dit, Kaamelott a déjà vu un personnage disparaître suite au désistement de son interprète. Il s’agissait d’Angharad, suite de Guenièvre, incarnée par Vanessa Guedj. Son départ de la série a obligé Alexandre Astier a adapté le scénario du livre IV, un baptême chrétien remplaçant la scène de mariage prévu entre Angharad et Perceval.

Alexandre Astier change d’avis

Et si Alexandre Astier décidait du jour au lendemain qu’Astérix valait bien plus la peine que les aventures d’Arthur ? Et si, après dix ans d’attente, il en avait tout simplement marre de son personnage ? Après tout, comme il l’expliquait lors d’une récente interview à 20 Minutes, Kaamelott pourrait aussi bien rester inachevé. Le réalisateur pourrait aussi être tenté de préférer le succès d’un nouveau film Astérix.

Cela dit, Alexandre Astier a aussi reconnu que Kaamelott resterait comme son grand œuvre, la création dans laquelle il se sent le plus libre et qui lui permet d’être parfaitement en phase avec sa vision du héros.

Une trilogie sans fin

« Si le premier film de la trilogie fait un flop, ils n’iront jamais au bout de la trilogie ». Cette analyse n’a été fact-checkée par aucun spécialiste de l’économie du cinéma mais il reste exact que l’ambition d’Alexandre Astier, qui souhaite réaliser trois films pour clore la saga Kaamelott, peut sembler dangereuse. Les fans de la série sont nombreux et mobilisés mais certains d’entre eux (entre nous, pas les meilleurs) n’ont guère goûté le ton sombre et mélancolique des deux dernières saisons de la série. Ils pourraient donc bouder le film qui s’annonce du même tonneau.

Cela dit, Alexandre Astier a sans doute pris soin de sécuriser le financement de plusieurs films. Si le film a mis si longtemps à se monter, c’est précisément parce que le réalisateur voulait avoir toutes les cartes en main avant de se lancer.

Décoincer Excalibur

Ne jamais sous-estimer les effets de la rouille (ou d’un mortier de consolidation). Après plus de dix ans plantée dans son rocher, qui nous dit qu’Arthur arrivera encore à retirer Excalibur.

Cala dit, la série n’a jamais été aussi bonne qu’à partir du moment où Arthur s’est débarrassé de son épée magique qui fait du feu et du bruit. Alexandre Astier veut nous raconter l’histoire de héros ordinaires, d’humains qui échouent, qui ne sont pas à la hauteur des événements. On a donc hâte de suivre les histoires de ce « petit bonhomme qui n’a même pas son épée ».