VIDEO. «Forgiven»: «Incarner Desmond Tutu a fait de moi une meilleure personne», estime Forest Whitaker

BIOPIC L'acteur américain Forest Whitaker exprime à « 20 Minutes » l'importance d'avoir incarné une figure emblématique de la lutte contre l’Apartheid dans « Forgiven », en salle le 9 janvier…

Caroline Vié

— 

Forest Whitaker dans Forgiven de Roland Joffé
Forest Whitaker dans Forgiven de Roland Joffé — Saje Distribution
  • « Forgiven » revient sur la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud.
  • Forest Whitaker livre une performance brillante en Desmond Tutu, archevêque et prix Nobel de la paix, alors confronté à un meurtrier raciste dans le cadre d’une commission de réconciliation nationale.

Forest Whitaker incarne l’archevêque sud-africain Desmond Tutu dans Forgiven de Roland Joffé. L’action de ce film militant se déroule en 1994, à la fin de l’Apartheid. Le défenseur des doits de l’homme, prix Nobel de la paix en 1984, interroge un assassin raciste dans le cadre de la commission Vérité et réconciliation.

L’attitude provocatrice de ce meurtrier Blanc joué par Eric Bana pourrait mettre en péril l’équilibre précaire du pays. L’habileté et la patience de son interlocuteur sont mises à rude épreuve lors de tête-à-tête éprouvants. « Desmond Tutu est le rôle le plus difficile que j’ai jamais joué, avoue Forest Whitaker à 20 Minutes. J’ai pour lui une telle admiration que cela m’a longtemps paralysé. J’ai même hésité à accepter le rôle. »

Une influence bienveillante

Le comédien a pourtant a déjà joué un homme politique. Il a même été oscarisé en 2007 pour Le Dernier roi d’Ecosse de Kevin Macdonald où il campait un Idi Amin Dada terrifiant. « Les deux prestations n’ont rien à voir, nuance le comédien. Idi Amin était un homme cruel et égocentrique pour lequel je n’éprouvais aucune empathie. » Il en est toute autrement de Desmond Tutu que Forest Whitaker a déjà rencontré lors de manifestations caritatives. « L’incarner a fait de moi une meilleure personne », avoue-t-il.

Trouver la voix

Pour se préparer, l’acteur a vu beaucoup d’images d’archives mais ce n’est pas dans la ressemblance physique que résidait son principal défi. « Ce qui comptait davantage pour moi était sa voix, dit-il. Son accent et son phrasé sont si particuliers que je savais qu’il me fallait les capturer pour que mon attitude physique en découle. » La performance de Forest Whitaker est vraiment l’atout majeur du film tant on le sent habité par l’homme auquel il prête ses traits.

Un devoir pour les acteurs

« Nous autres acteurs devons être reconnaissants quand on nous offre de tels rôles, insiste le comédien. Il est de notre devoir d’utiliser notre célébrité pour faire passer des messages positifs. » C’est ce qui affleure dans Forgiven, chronique généreuse revenant sur une période historique peu traitée au cinéma. « Je ne suis pas naïf, mais je me dis que mettre en avant des modèles de bienveillance comme Desmond Tutu ne peut pas faire de mal », insiste Forest Whitaker. C’est exactement le sentiment qui se dégage de ce film humaniste.