VIDEO. «Monsieur»: Comment le rôle des femmes évolue lentement mais sûrement en Inde

INDE La réalisatrice indienne Rohena Gera brosse le portrait d’une femme en quête d’émancipation dans « Monsieur », en salle le 26 décembre…

Caroline Vié

— 

Vivek Gomber et Tillotama Shome dans Monsieur de Rohena Gera
Vivek Gomber et Tillotama Shome dans Monsieur de Rohena Gera — Diaphana Distribution
  • « Monsieur » raconte l’histoire d’amour impossible entre une servante et son employeur.
  • La réalisatrice Rohena Gera en profite pour décrire l’évolution de la condition féminine en Inde.

Impossible de s’aimer comme on veut en Inde, où les castes sont encore puissantes. Monsieur, chronique tendre  récompensée à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes et au Festival de Saint-Jean-de-Luz le démontre par l’exemple.

Pour ce premier long-métrage, la réalisatrice indienne Rohena Gera décrit l’amour progressif d’une servante et d’un jeune riche de Mumbai, le fameux "monsieur" du titre. « Je voulais décrire deux êtres de bonne foi en excluant tout manichéisme », explique la cinéaste à 20 Minutes. Son portrait d’une femme en quête d’émancipation donne une idée de la condition féminine dans l’Inde actuelle.

Un peu plus qu’une domestique

« Mon héroïne est librement inspirée de la nounou de mon enfance, précise la cinéaste. Une femme tellement intime avec son patron qu’on en oublierait presque qu’elle est une domestique. Mais voilà, elle l’est et ça change tout. » La jeune femme du film lutte courageusement contre les sentiments qu’elle éprouve pour son employeur. « Elle sait qu’elle a beaucoup à perdre dans une liaison qui compromettrait gravement sa réputation. » C’est elle, d’ailleurs, qui se sent gênée quand son patron lui rend visite dans sa cuisine…

Se sortir de son milieu

Pour échapper à sa condition, la servante prend des cours de couture. « De nombreuses femmes courageuses se battent ainsi pour évoluer », précise Rohena Gera. Son espoir est de quitter la condition de domestique et elle est prête à beaucoup de sacrifices pour cela. « Son employeur la comprend car il a fait des études à l’étranger et il est donc plus ouvert, insiste la cinéaste. Il est cependant aussi prisonnier qu’elle des traditions. » Une séquence où il prend la défense de l’héroïne humiliée par l’une de ses riches invitées est très significative.

Une lueur d’espoir

Pour autant, Rohena Gera et son Monsieur ne ferment pas la porte sur l’avenir. « Si des gens comme la mère du héros sont encore à l’ancienne mode, les jeunes changent », dit-elle. Et les femmes, fortunées ou non, découvrent progressivement la liberté. « J’espère prouver qu’on peut réussir en tant que femme indienne et ce sont ces valeurs que je veux transmettre à ma fille », martèle la cinéaste. Son beau film laisse le spectateur charmé par l’impression que l’ouverture d’esprit et la liberté finiront par triompher.