VIDEO. Paul Dano: «Je voudrais que le public aime la famille de "Wildlife" comme la sienne»

INTERVIEW « Wildlife », en salle le 19 décembre, confronte le spectateur à la famille dysfonctionnelle créée par l'acteur Paul Dano, passé à la réalisation…

Caroline Vié

— 

Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal dans Wildlife - Une saison ardente de Paul Dano
Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal dans Wildlife - Une saison ardente de Paul Dano — ARP distribution
  • Dans « Wildlife - Une saison ardente », un jeune garçon assiste à la séparation de ses parents.
  • Paul Dano filme son expérience avec tant d’empathie qu’on a l’impression de faire partie de cette famille.
  • Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal sont épatants dans cette première réalisation.

Paul Dano a réussi son premier film en tant que réalisateur. Le comédien, notamment remarqué dans There Will Be Blood de Paul Thomas Anderson et Prisoners de Denis Villeneuve, a ouvert la Semaine de la Critique du Festival de Cannes avec Wildlife - Une saison ardente, qu’il a écrit à quatre mains avec sa compagne Zoe Kazan.

« Je voudrais que le public aime la famille de Wildlife comme la sienne », avoue le trentenaire qui a mis toutes les chances de son côté pour y parvenir. Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal forment un couple qui se déchire devant leur fils aimant, mais impuissant.

Une famille (presque) comme les autres

« Cette famille ressemble à la mienne, avoue Paul Dano. On y trouve un mélange d’amour et de névroses que j’ai tenté de restituer. » S’appuyant sur un roman de Richard Ford, le réalisateur plonge avec délices dans l’Amérique des années 1960 en entraînant le spectateur avec lui. Ex Oxenbould, gamin découvert dans The Visit de M. Night Shyamalan gagne notre affection en assistant à la désagrégation de son petit monde enfantin. Dano décrit le cas de conscience de l’adolescent à qui ses parents confient trop souvent leurs problèmes en espérant le voir prendre parti.

Grandir dans l’adversité

L’expérience du jeune homme est si bien rendue que le public se sent comme chez lui. « Je crois fermement que tout le monde peut comprendre la peur de l’avenir que ressent ce garçon : elle est indispensable pour grandir », insiste Paul Dano. Tout comme le désarroi du jeune héros face aux infidélités de sa mère et à l’abandon de son père, soudainement parti combattre des incendies de forêt. La délicatesse du réalisateur donne à sa douleur, comme à ses incertitudes, un caractère universel.