VIDEO. «Roma»: Tous les écrans de Netflix mènent au film d'Alfonso Cuarón

DRAME Netflix s’apprête à lancer « Roma » ce vendredi. Même privé de sortie en salle, le film d’Alfonso Cuarón s'inscrit comme un futur grand classique du cinéma...

Caroline Vié

— 

Roma d'Alfonso Cuarón
Roma d'Alfonso Cuarón — Netflix
  • Alfonso Cuarón s’inspire de sa propre enfance afin de faire revivre « Roma », le quartier de Mexico qui porte ce nom, dans les années 1970.
  • Bien que produit par Netflix et diffusé uniquement sur la chaîne de streaming, ce film offre une véritable expérience de cinéma.
  • Déjà couronné Lion d’or à Venise, « Roma » est bien parti dans la course aux Oscars et autres Golden Globes.

Un Lion d'or à Venise et pas de sortie au cinéma ? C’est le lot de Roma, fresque sublime signée Alfonso Cuarón. Le réalisateur du Fils de l'homme et de Gravity y raconte l’histoire d’une famille mexicaine dans les années 1970.

« Cela parle d’une période qui m’a façonné, mais également d’une période qui a façonné un pays. C’était le début d’une longue transition au Mexique », déclare le cinéaste sur le site IndieWire. » Disponible sur Netflix ce vendredi a défaut d’être distribué en salle, Roma offre malgré tout une pure expérience de cinéma. 20 Minutes vous explique pourquoi il vaut mieux découvrir ce film à la télévision que rien du tout.

« Roma », c’est la confession intime d’un grand cinéaste

Alfonso Cuarón livre une œuvre très personnelle avec cette chronique familiale qui le ramène au Mexique dix-sept ans après Y tu mamá también. Roma, portraits de deux femmes inspirés de son enfance, permettent de mieux connaître le cinéaste. Un bonheur riche en émotions pour les cinéphiles peu familier de sa carrière dans son pays d’origine.

Les images sont à couper le souffle

C’est un peu triste, mais c’est vrai : seule la chaîne Netflix a accepté les exigences du cinéaste : tourner à la fois en 65 mm et en noir et blanc. Dire que le résultat est sublime est très en deçà de la réalité. C’est d’autant plus remarquable qu’Alfonso Cuarón assure lui-même la photographie du film en plus de sa mise en scène virtuose.

Les émotions s’invitent au salon

Même installé sur son canapé, on vibre en découvrant la vie à Roma, le quartier de Mexico où le réalisateur a grandi. La nounou dont il décrit le quotidien fait passer le (télé) spectateur par toute une palette d’émotions. Attention à ne pas verser trop de larmes sur la table basse.

« Roma » suit l’exemple de « Fanny et Alexandre »

Il est impossible de ne pas penser à Ingmar Bergman et à son Fanny et Alexandre , aussi réalisé pour la télévision, devant les tableaux familiaux de Roma. Plus récemment, Paul Greengrass avec Un 22 juillet ou les frères Coen avec La ballade de Buster Scruggs ont également flouté la ligne qui sépare petit et grand écran.

En passe de devenir un grand classique

Après la Mostra de Venise qui l’a présenté en compétition, le très cinéphile  Festival Lumière de Lyon a également programmé Roma en présence du réalisateur. Et aux Etats-Unis, une petite sortie en salle va lui ouvrir la porte des Oscars et des Golden Globes, où ce film mexicain est déjà nommé dans la catégorie Meilleur film étranger. Voilà déjà une statuette qui serait méritée…