VIDEO. «Rémi sans famille», le film au doux parfum de sapin de Noël

AVENTURES Valeur sûre du divertissement familiale, « Rémi sans famille », en salles le 12 décembre, ressemble à un sapin de Noël, la preuve…

Caroline Vié

— 

Daniel Auteuil et Maleaume Paquin dans Rémi sans famille d'Antoine Blossier
Daniel Auteuil et Maleaume Paquin dans Rémi sans famille d'Antoine Blossier — Mars Films
  • « Rémi sans famille » remet au goût du jour le roman d’Hector Malo.
  • Le film est un divertissement familial idéal pour les fêtes de fin d’année.
  • D’ailleurs, il a été conçu comme un sapin de Noêl.

C’est aussi régulier que le sapin, la dinde ou la bûche : chaque année, pour les fêtes, le cinéma français revisite une valeur sûre du divertissement familiale. Rémi sans famille fait le job en 2018.

Les tribulations d’un jeune saltimbanque (Maleaume Paquin) et d’un homme mystérieux et bourru (Daniel Auteuil) redonnent vie au livre d' Hector Malo (1830-1907) sous la direction d' Antoine Blossier. On retrouve dans ce film les ingrédients nécessaires à la confection d’un sapin réussi.

Le sapin : une histoire pleine de bons sentiments

Un sapin, c’est un arbre qui ne cache pas la forêt, comme l’histoire qui ne cache pas ses bons sentiments. Ici, celle d’un gamin en quête de ses origines qui fera sourire et pleurer aussi bien Mamie - qui a lu le livre - que les plus jeunes qui n’en ont jamais entendu parler.

Les boules : des personnages sympas et courageux

Ici, les héros ont du caractère à revendre : une douce mère adoptive jouée par Virginie Ledoyen, un musicien bourru incarné par un Daniel Auteuil impérial, sans oublier notre jeune héros courageux et des animaux (un singe et un chien) mignons comme tout.

Les guirlandes : des paysages superbes

En voyageant à travers l’Occitanie, le Tarn et l’Aubrac, les personnages offrent aux spectateurs de redécouvrir des paysages, de préférence sublimes et gorgés de soleil, apportent de la gaîté, de la lumière et comme un avant-goût de vacances estivales en plein hiver.

L’étoile : une adaptation qui fait rêver

Le roman d’Hector Malo peu paraître un peu vieillot. Un sérieux travail d’adaptation a donc été effectué : « J’ai pensé aux films qui m’ont fait grandir comme E.T. et les Goonies », explique Antoine Boisselier. Sa version, moins misérabiliste que la série des années 1980, est idéale pour les fêtes.