VIDEO. «Mortal Engines»: En quoi la saga futuriste doit sa réussite à Peter Jackson

SCIENCE-FICTION C’est à un de ses assistants, Christian Rivers, responsable des effets spéciaux oscarisé pour « King Kong » que Peter Jackson a confié la réalisation de « Mortal Engines », au cinéma le 12 décembre…

Caroline Vié
— 
Mortal Engines de Christian Rivers
Mortal Engines de Christian Rivers — Universal Pictures

Peter Jackson n’a pas réalisé Mortal Engines d’après le best-seller Mécaniques fatales de Philip Reeve ( Folio Junior). L’influence du réalisateur des trilogies Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit est pourtant évidente sur ces aventures dont il est le coscénariste et le producteur.

On y voit, dans un futur très lointains, des cités mobiles s’affronter sans merci. C'est là qu'une jeune femme va chercher à se venger de l’assassin de sa mère, épaulée par un apprenti historien. Christian Rivers, responsable des effets spéciaux oscarisé pour King Kong s’est vu propulser à la réalisation pharaonique de cette future saga par Peter Jackson lui-même.

Présent mais pas intrusif

« Peter avait l’intention de signer la mise en scène du film, explique Christian Rivers. Il y a renoncé car il ne se sentait pas la force de se relancer dans un projet d’une telle ampleur juste après avoir terminé Le Hobbit. » A la fois coscénariste et coproducteur, Peter Jackson a malgré tout été présent tout au long de la création pour épauler le réalisateur qui dirige ici son premier long-métrage. « Je n’en revenais pas qu’il m’accorde une telle confiance car il a été présent sans se montrer intrusif », se souvient Christian Rivers.

Un attention au moindre détail

On comprend aisément pourquoi Peter Jackson a été emballé par cet univers entre Mad Max et Le Château ambulant. La part belle est donnée aux scènes épiques dès le début du film avec la course-poursuite de deux « locopoles » (villes mobiles). Les deux hommes ont dû se régaler comme des gamins à composer un univers visuel d’une grande richesse visuel. « C’est ce qui passionne le plus Peter, explique Christian Rivers. Il attache une importance capitale au moindre détail. » Cela semble évident tant l'ensemble est visuellement bluffant.

L’exigence de Peter Jackson

« Etre réalisateur de seconde équipe sur Le Hobbit m’a beaucoup appris, reconnaît Christian Rivers. Peter ne se contente jamais d’approximations ou de pis-aller. Il m’a communiqué son exigence. » Cela ne fait aucun doute à la vision de Mortal Engines, aventures épiques dont chaque plan est composée comme un tableau. Peter Jackson a exagéré un peu en promettant des «images jamais vues» pendant la promotion du film. Il n'en reste pas moins qu'on se laisse volontiers emporter par le mouvement des villes de Mortal Engines.