VIDEO. «Sauver ou périr»: «Mon apparence de grand brûlé laisse voir mon nez très reconnaissable», estime Pierre Niney

DRAME L’acteur Pierre Niney, qui incarne un pompier blessé dans « Sauver ou périr », au cinéma le 28 novembre, évoque un film moins sombre et moins plombant qu’il n’y paraît…

Caroline Vié

— 

Pierre Niney dans Sauver ou périr de Frédéric Tellier
Pierre Niney dans Sauver ou périr de Frédéric Tellier — Mars Films
  • « Sauver ou périr » évoque la reconstruction d’un pompier blessé.
  • Pierre Niney a beaucoup appris sur le tournage.
  • Ce film lumineux lui offre l’un de ses plus beaux rôles.

 

Pierre Niney prend de l’étoffe de film en film. Sauver ou périr de Frédéric Tellier lui offre l’un des plus beaux rôles de sa jeune carrière en soldat du feu grièvement blessé qui tente de se reconstruire. La devise des Pompiers de Paris donne son titre à cette histoire humaine célébrant la solidarité.

« Il ne faut pas imaginer que le film est sombre, clame Pierre Niney à 20 Minutes. Bien au contraire, il s’agit d’une ode à la vie et d’une invitation à la célébrer. » Soutenu par son épouse ( Anaïs Demoustier) et son meilleur ami ( Vincent Rottiers), le jeune papa grièvement atteint tente de reprendre pied tout au long de cette chronique aussi bouleversante qu’instructive signé par le réalisateur de L'affaire SK1.

Une incroyable transformation

« Jouer un vrai héros m’a d’autant plus attiré que le film n’est pas plombant », insiste Pierre Niney. Son entraînement auprès des pompiers a porté ses fruits, lui apportant une musculature impressionnante. Le tournage a dû se dérouler chronologiquement afin qu’il s’amaigrisse au fur et à mesure de son séjour à l’hôpital. « C’était d’autant plus dur que je passe la majorité du film masqué. » Le héros étant défiguré, Pierre Niney subissait plusieurs heures de maquillage quotidiennes. « Mon apparence de grand brûlé laisse voir mon nez très reconnaissable », nuance-t-il en souriant.

Sous le masque

Sa performance d’une grande finesse témoigne de sa maturité d’artiste lors de scènes bouleversantes où il doit affronter le regard de ses filles ou questionne son épouse sur leur avenir commun. « Avoir le visage dissimulé était étonnamment libérateur et m’a permis d’exploiter des aspects de ma personnalité que je ne connaissais pas. » Ses émotions, il les fait presque exclusivement passer par sa voix, son regard et son langage corporel. Le tournage, par son intensité, lui a permis de mûrir en le poussant à l’introspection. « Il fallait que je m’oblige à un certain détachement pour ne pas rapporter le rôle chez moi, car il me collait vraiment à la peau », reconnait-il.

Bientôt une comédie ?

Pierre Niney rêve aujourd’hui de comédie alors qu’il s’apprête à être dirigé par Nicole Garcia dans une histoire d’amour. « Ma profession est dérisoire par rapport à celle des pompiers, soutient-il. Bien que je veuille croire que l’art peut aider les gens en grande détresse… » C’est le cas pour le héros de Sauver ou périr, que la peinture et la musique réconfortent. C’est aussi le cas du spectateur qui sort du film galvanisé, avec l’envie soudaine de mieux profiter de ses proches et des plaisirs de la vie.