VIDEO. «Suspiria»: Quelles différences entre la version de 2018 et celle de 1975?

HORREUR « 20 Minutes » s’est amusé à comparer l’ancien et le nouveau « Suspiria » façon jeu des sept différences, à l’occasion de la sortie du film de Luca Guadagnino le 14 novembre…

Caroline Vié

— 

Dakota Johnson dans Suspiria de Luca Guadagnino
Dakota Johnson dans Suspiria de Luca Guadagnino — Amazon studios/MetropolitanFilmexport
  • Luca Guadagnino livre un remake du film que Dario Argento a réalisé en 1977.
  • Les deux versions de « Suspiria » n’ont pas grand-chose à voir l’une avec l’autre.
  • Luca Guadignino a choisi une approche plus féministe et politique de cette histoire de sorcières.

En 1977, Dario Argento a fasciné et terrifié les amoureux de cinéma fantastique avec Suspiria. Quarante ans plus tard, Luca Guadagnino reprend à son compte l’histoire de cette jeune Américaine (ici incarnée par Dakota Johnson) tombée dans un repaire de sorcières caché dans une école de danse.

« Je n’ai pas cherché à livrer une copie de l’original, précise le réalisateur de Call Me By Your Name. J’ai adapté l’univers créé par Daria Nicolodi et Dario Argento à mes propres obsessions. » 20 Minutes a pratiqué le jeu des sept différences en comparant les deux versions.

1. Une esthétique différente

Aux couleurs flamboyantes et chaleureuses du film de Dario Argento, Luca Guadagnino a préféré des tonalités plus sobres. Il fait gris dans l’académie de danse où seules certaines scènes de ballet apportent des touches de rouge sombre.

2. Une musique différente

La bande-son pop et dynamique des Goblin a été remplacée par la musique de Thom Yorke, chanteur de Radiohead dont la mélancolie correspond mieux à l’atmosphère feutrée du nouveau film.

3. Une dynamique différente

Le film de Dario Argento présentait une héroïne délicate avec la douce Jessica Harper. Là, les femmes prennent le pouvoir, menées par une Tilda Swinton fascinante qui incarne plusieurs rôles. Bien malins seront les membres du public qui pourront les identifier tous.

4. Une différence dans l’érotisme

Le Suspiria de Luca Guadagnino joue davantage la carte de l’érotisme que celui de Dario Argento, en dévoilant ses personnages féminins lors de ballets très sexy. Les rapports de l’héroïne avec la directrice de l’académie, notamment, sont clairement homo érotiques.

5. Une différence de contexte

Luca Guadigno situe son Suspiria à Berlin dans une période troublée par les attentats et par les fantômes de la Seconde Guerre mondiale. Les agissements des sorcières sont inhérents à ce contexte. Il n’y avait rien de semblable dans le premier film tourné à Munich, dont la ville est à peine montrée.

6. Une différence dans le gore

Le Suspiria de Dario Argento est réputé pour ses magnifiques séquences horrifiques. La violence que montre Luca Guadagnino est moins sanglante mais tout aussi dérangeante dans une scène de danse où l’héroïne massacre une copine à distance.

7. Des ambitions différentes

Le premier film était une pure merveille gorissime destinée à faire frissonner. Le second Suspiria a d’autres ambitions, dont celle de faire réfléchir sur le rôle des femmes dans la société et la façon dont elles doivent se battre pour exister.