Karin Viard, Andrea Bescond et Clovis Cornillac dans Les Chatouilles d'Andréa Bescond et Eric Métayer
Karin Viard, Andrea Bescond et Clovis Cornillac dans Les Chatouilles d'Andréa Bescond et Eric Métayer — Orange Studio Cinéma/UGC distribution

DRAME

«Les Chatouilles»: «C'est la première fois que je ne comprends pas mon personnage», prévient Karin Viard

La comédienne raconte à « 20 Minutes » comment elle a abordé la mère en plein déni d’une gamine victime d’un pédophile dans « Les Chatouilles », en salle le 14 novembre.  

  • Dans « Les Chatouilles », Karin Viard incarne la mère d'une petite fille abusée sexuellement par un ami de la famille.
  • La comédienne avoue ne pas comprendre les motivations de son personnage de mère incapable de mesurer la gravité de la situation et terrifiée par le « qu’en-dira-t-on ».
  • Pour autant, Karin Viard estime que le film est idéal pour aborder le sujet de la pédophilie avec les enfants.

Ni elle, ni nous. Personne n’aime le personnage incarné par Karin Viard dans Les Chatouilles d' Andréa Bescond et Eric Métayer. Mais on admire la prestation de la comédienne dans un rôle de la mère incapable de soutenir sa très jeune fille, victime d’un ami de la famille pédophile ( Pierre Deladonchamps).

« C’est la première fois de ma carrière que je ne comprends pas mon personnage, avoue Karin Viard à 20 Minutes. Ses motivations me sont totalement étrangères. » Cela n’empêche pas l’actrice d’être extraordinairement convaincante dans cette adaptation que Andréa Bescond livre de son propre  spectacle autobiographique, dans lequel on reconnaît aussi Clovis Cornillac en papa.

Une humanité dérangeante

Raide, teigneuse, pétrifiée par la peur du « qu’en-dira-t-on », cette mère n’a rien de commun avec l’actrice. « Je n’avais jamais incarné un personnage aussi dépourvu d’empathie, déclare Karin Viard. Pourtant, je suis persuadée qu’elle aime sa fille même si elle se conduit de façon épouvantable avec elle et si ce que peuvent penser les gens prend toute la place dans son cœur… » La complexité de cette femme est parfaitement rendue par une comédienne dont le personnage ne peut susciter autre chose que de l’antipathie. « C’est très amusant de donner vie à une humanité dérangeante sur un écran », insiste la comédienne.

La sincérité avant tout

Le langage corporel de Karin Viard est pour beaucoup dans la façon dont le spectateur perçoit la femme qu’elle incarne. « J’espère n’avoir jamais une gueule pareille !, s’exclame l’actrice. Elle est l’aigreur et le regret personnifiés et c’est cela que j’ai voulu faire passer. » Loin de son personnage, la comédienne reconnaît avoir pris plaisir à le façonner. « Cela ne m’empêche pas d’être sincère, dit-elle. Et oui, moi, Karin Viard, je me suis sincèrement amusée à jouer cette mère violente et pleine d’amertume… » Ce bonheur de jeu est perceptible à l’écran.

Faire œuvre utile

« Je suis fière d’avoir participé aux Chatouilles car ce film est nécessaire pour aborder le problème de la pédophilie de façon accessible aux enfants », insiste Karin Viard. L’actrice apporte son talent à cette œuvre solaire qui peut être vue sans problème par de tout jeunes spectateurs et permettre d’aborder en douceur un sujet délicat. « Ce film n’a rien de traumatisant pour les enfants à partir de 10 ans, martèle Karin Viard. On en sort plus fort et en étant amoureux de la vie. » Optimiste, malgré la gravité du sujet.