VIDEO. «The Predator»: Comment identifier un de ces extraterrestres, si on en croise un?

SCIENCE-FICTION « The Predator », en salle le 17 octobre, confirme que ces extraterrestres ne sont pas gentils, mais alors pas du tout…

Caroline Vié

— 

The Predator de Shane Black
The Predator de Shane Black — Twentieth Century Fox

Il n’est pas recommandé de copiner avec certains extraterrestres. The Predator de Shane Black, série B décomplexée, le prouve par l’exemple. Les humains qui croiseraient un de ces Predator ont tout intérêt à numéroter leurs abatis sous peine de s’en laisser croquer quelques-uns.

Si d’aventure vous rencontrez un Predator tout en chair et en tentacules, 20 Minutes vous conseille de prendre vos jambes à votre cou. Pas convaincu ? Vous changerez d’opinion après avoir vu celui qui s’attaque au commando chargé de retrouver des prisonniers perdus dans une jungle sud-américaine.

Il est stylé comme personne

Physiquement, le Predator est unique. Cette créature humanoïde musclée arbore des dreadlocks et une dentition qui ferait la fortune d’un dentiste. Cet as du camouflage a tendance à apparaître là où on ne l’attend pas. Ce n’est jamais pour vous offrir des fleurs ou des chocolats.

Il n’est jamais content

Le Predator est toujours en colère. Il ressent peut-être un bref moment de satisfaction quand il vous arrache la tête, mais rien ne permet de l’affirmer. C’est sans doute ce côté teigneux qui lui a permis d’entrer au Panthéon des héros de SF depuis que John McTiernan l’a créé pour affronter Arnold Schwarzenegger en 1987.

Ils sont doués pour la déco

On a beau être un Predator, on peut aimer la sophistication. Ce chantre du bon goût adore les trophées qu’il prélève directement sur ses victimes. Comme il a décidé de décimer l’espèce humaine, il n’a que l’embarras du choix. L’inviter à dîner est une mauvaise idée si on ne veut pas figurer au menu. Mieux vaut aller le voir au cinéma.