Kev Adams et «Alad'2» moqués par un journaliste américain

CRITIQUE Kev Adams et son dernier film font l’objet d’une critique virulente publiée dans « The Hollywood Reporter »…

A.D.

— 

Kev Adams dans «Alad'2».
Kev Adams dans «Alad'2». — Emmanuel Guimier

Rhabillés pour l’hiver. Kev Adams et son dernier long-métrage Alad’2 font l’objet d’une critique virulente, publiée dans le très respecté The Hollywood Reporter.

Dans cet article paru le 6 octobre, le journaliste Jordan Mintzer n’hésite pas à dire tout le mal qu’il pense de la suite des Nouvelles Aventures d’Aladin. « Le premier volet n’était tellement pas à la hauteur que les producteurs auraient pu confier leur budget de 22 millions de dollars à une classe de maternelle, et en auraient probablement tiré quelque chose de mieux », lance-t-il d’emblée.

« Cet acteur n’est tout bonnement pas drôle »

« La bonne nouvelle, au moins, c’est que ce nouveau Aladdin bénéficie d’une très légère amélioration par rapport à son prédécesseur », poursuit-il. Pour cause, ce second volet a laissé tomber « les blagues sur le pénis et les insinuations sexistes », explique le critique.

« Infantile », Alad’2 est selon le journaliste américain « vaguement regardable » « dans un de ces avions où ils diffusent les films sur un écran central », mais « sans le son ». Et de moquer ensuite le succès en France de Kev Adams : son « ascension insondable au sommet du star-system français est une chose que seul Roland Barthes pourrait peut-être expliquer, s’il vivait encore », ironise-t-il. « Cet acteur n’est tout bonnement pas drôle », estime-t-il. Pour sa carrière aux Etats-Unis, Kev Adams a encore du boulot.