VIDEO. «Girl»: Une danseuse prend son envol pour échapper à son corps masculin

DRAME Lukas Dhont fait les bons choix pour « Girl », qui sort le 10 octobre, l'histoire d'une jeune danseuse classique résolue à échapper à son corps masculin...

Caroline Vié

— 

Victor Polster dans Girl de Lukas Dhont
Victor Polster dans Girl de Lukas Dhont — Diaphana
  • Lara, 15 ans, veut devenir ballerine mais, prisonnière de son corps de garçon, doit patienter en attendant l’opération qui lui permettra d’être enfin elle-même.
  • Ce premier film révèle Victor Polster, un jeune acteur époustouflant.
  • Cette œuvre magnifique, couverte de prix, a notamment remporté la Caméra d’or au Festival de Cannes.

 

Ne pas attribuer la Caméra d’or 2018 et le prix d’interprétation de la section Un certain regard à Girl aurait fait figure d’erreur professionnelle à Cannes. Et le film a aussi reçu la Queer Palm et le prix de la Critique internationale ! Le réalisateur belge Lukas Dhont et son acteur, Victor Polster, font un sans-faute pour raconter l’histoire d’une jeune danseuse classique cherchant à échapper à son corps de garçon.

Lara, l’héroïne de 15 ans, doit cependant, patienter et danser en attendant l’opération que la libérera définitivement. Lukas Dhont a fait tous les bons choix pour partager ses joies et ses douleurs. 20 Minutes revient avec le comédien et le réalisateur sur cette aventure exceptionnelle aboutissant à un film qui ne l’est pas moins.

Une véritable héroïne

C’est après avoir rencontré la véritable Lara (dont il a changé le prénom) que Lukas Dhont a décidé de lui consacrer un film. « Elle m’a ébloui car non seulement, elle est allée au bout de sa démarche mais elle a choisi de se consacrer à un art profondément féminin », confie-t-il. S’il a pris des libertés avec la réalité, surtout pour la fin, son admiration pour son sujet est évidente.

La rencontre d’un garçon épatant

Girl ne serait pas aussi fort sans la présence de Victor Polster, lui aussi danseur de son état. Ce jeune homme de 16 ans a pris à bras-le-corps le rôle de Lara. « Je voulais la faire exister bien que son histoire ne soit pas la mienne », confie-t-il à 20 Minutes. Lukas Dhont a déniché son acteur après avoir fait passer des auditions à plus de cinq cents garçons et filles.

Un environnement presque parfait

La décision de Lara est montrée comme une chose parfaitement naturelle, acceptée par son entourage, notamment son père compréhensif joué par Arieh Worthalter. Les deux scènes où elle affronte un petit frère un peu peste et des camarades cruelles marquent d’autant plus. « Les réactions des autres m’importaient moins que son parcours à elle que je trouve d’un courage inouï », précise le réalisateur.

Le bon pas

Pour incarner son rôle, Victor Polster a dû apprendre les pointes du ballet classique au risque de mettre en péril sa carrière de danseur moderne. « J’avais constamment peur de me blesser, raconte-t-il. Cela m’a aidé à faire passer la force et la fragilité de Lara. » Cette jeune femme remarquable reste longtemps dans l’esprit du spectateur tant le réalisateur et le comédien communiquent leur amour à son égard.