VIDEO. Romane Bohringer: «"L’Amour flou" a commencé par une belle engueulade»

COMEDIE « L’Amour flou », fantaisie solaire en salles le 10 octobre, permet à Romane Bohringer et Philippe Rebbot de revenir sur la séparation harmonieuse de leur couple, dont ils ont parlé à « 20 Minutes »…

Caroline Vié

— 

Romane Bohringer et Philippe Rebbot dans L'Amour flou qu'ils ont réalisé ensemble.
Romane Bohringer et Philippe Rebbot dans L'Amour flou qu'ils ont réalisé ensemble. — Rezo Films
  • Romane Bohringer et Philippe Rebbot se sont aimés et séparés.
  • Inspiré de leur propre vie, « L’Amour flou » raconte comment ils ont créé leur « séppartement », logement où ils cohabitent avec leurs enfants.

Si tous les couples séparés pouvaient s’entendre aussi bien que Romane Bohringer et Philippe Rebbot, la vie de leurs enfants seraient sans doute plus simple. Le duo raconte son union dans la désunion dans le réjouissant L’Amour flou que les deux artistes ont écrit, joué et mis en scène eux-mêmes.

« C’est à la fois nous et pas nous », explique Romane Bohringer à 20 Minutes tandis que son complice l’approuve d’un vigoureux mouvement de tête. Comme les héros de leur film, ils vivent dans un « séppartement », logement séparé en deux, une solution appréciée par leurs bambins.

Un film comme une évidence

« L’idée de transformer notre expérience en fiction est venue d’une suggestion d’un ami qui nous est apparue comme une évidence soudaine », raconte Philippe Rebbot. Quant au titre taquin, il a lui aussi son histoire. « Notre aventure de L’Amour flou a commencé par une belle engueulade, raconte Romane Bohringer. Philippe avait utilisé ce terme dans une interview pour définir sa relation avec moi ce que je n’ai pas apprécié. » Tous deux s’amusent de l’anecdote avec une complicité qui fait aussi chaud au cœur que leur film tout en tendresse.

Des personnages composites

« La bienveillance était notre ligne directrice, précise Philippe Rebbot qui ne nie pas un brin d’exagération pour certaines situations. » Bien des parents s’amuseront notamment d’un personnage d’instituteur se mêlant de l’éducation de leur fils et de sa coiffure. « Comme bien des seconds rôles, c’est un composite de diverses personnes », insiste Philippe Rebbot. Il en est de même pour l’amoureux des chiens délicieusement incarné par Reda Kateb. « Nos amis sont entrés dans notre délire avec une grande générosité », confirme Romane Bohringer.

Se faire du bien

Les deux familles sont réunies dans leur propre rôle, y compris le patriarche Richard Bohringer ! « Ce sera un beau cadeau pour nos enfants de nous retrouver tous unis dans ce film, insiste Philippe Rebbot. Et ils pourront le montrer à leurs propres bambins » Pour autant, L’Amour flou ne saurait être réduit à une œuvre intime excluant le spectateur. « Nous l’invitons à partager un peu de douceur », insiste Romane Bohringer. Rarement l’expression « Feel Good Movie » n’aura été aussi justifiée que pour cette fantaisie solaire. L’Amour flou est un film qui fait du bien.