VIDEO. Blake Lively: «"L’Ombre d’Emily" prouve qu'on peut faire des divertissements féministes»

THRILLER La comédienne et sa partenaire Anna Kendrick expliquent à « 20 Minutes » pourquoi ce suspense met les femmes en avant…

Caroline Vié

— 

Anna Kendrick et Blake Lively dans L'ombre d'Emily de Paul Feig
Anna Kendrick et Blake Lively dans L'ombre d'Emily de Paul Feig — LIONSGATE / Peter Iovino, SMPSP/Metropolitan FilmExport
  • Une jeune mère de famille mène l’enquête sur la disparition de sa meilleure amie.
  • Elle découvre le passé mystérieux de cette dernière.
  • « L’Ombre d’Emily » jongle avec différentes idées reçues sur les femmes pour mieux les torpiller.

L’une (Anna Kendrick) se veut une mère de famille parfaite. L’autre (Blake Lively) est une maman farfelue, businesswoman portée sur les alcools forts. L’Ombre d’Emily de Paul Feig brode sur l’amitié étrange unissant ces deux femmes si différentes avant que la disparition de la seconde ne transforme la première en détective improvisée.

« L’Ombre d’Emily prouve qu’on peut faire des divertissements féministes », déclare Blake Lively à 20 Minutes. La grande blonde à la beauté flamboyante trouve un personnage qu’on adore haïr en pimbêche égocentrique et cruelle exploitant impitoyablement sa copine trop naïve. « Les personnages qu’Anna et moi incarnons sont volontairement archétypaux, précise l’actrice. Ils sont deux conceptions très caricaturales de la femme que l’intrigue va prendre un malin plaisir à torpiller. »

Confidences entre amies

Les hommes ne sont guère à l’honneur dans ce thriller signé par le réalisateur de Mes meilleures amies et du récent S.O.S Fantômes. « Paul Feig était constamment à notre écoute pour analyser les réactions des héroïnes, raconte Anna Kendrick. Ses précédents films mettaient déjà en avant des femmes fortes et il les comprend parfaitement. » Une séquence de confidences très alcoolisée entre les deux dames pourra évoquer des souvenirs à bien des spectatrices même si elles n’ont pas eu de secrets aussi corsés à échanger !

La métamorphose d’Anna

La douce maman, reine des fêtes d’école, se métamorphose doucement en cherchant sa camarade qui s’est soudainement évaporée. « Celle que j’interprète avait besoin de se faire secouer pour exprimer son potentiel, insiste Anna Kendrick. Ce choc lui fait le plus grand bien car il lui apprend à exister par elle-même sans chercher désespérément l’approbation des autres. » Avec ses tenues très sages, la jeune femme semble d’abord un brin godiche mais elle prouve bien vite qu’il ne faut pas la sous-estimer.

Les femmes au pouvoir

« Hollywood commence à montrer des filles qui ne sont pas que des potiches, martèle Blake Lively. Elles peuvent se conduire comme des garces mais elles ont de la personnalité ! » C’est clairement les cas des héroïnes de L’Ombre d’Emily, passant du duo au duel avec une férocité réjouissante et une pointe d’humour bienvenue. « Les hommes comme les femmes pourront apprécier le film », insiste la comédienne. Les deux s’amuseront à essayer de trouver la solution de l’histoire avant le générique de fin.