VIDEO. «Un peuple et son roi»: Pierre Schoeller prend le partie des Sans-culottes

HISTOIRE Le réalisateur de « L’Exercice de l’état » montre la Révolution française de façon originale en s’entourant de stars...

Caroline Vié

— 

Louis Garrel dans Un peuple et son roi de Pierre Schoeller
Louis Garrel dans Un peuple et son roi de Pierre Schoeller — Jérôme Presbois et Studio Canal
  • « Un peuple et son roi » fait vivre la Révolution de la prise de la Bastille à la mort de Louis XVI.
  • Pierre Schoeller a choisi de mettre les sans-culottes en avant en soulignant le rôle des femmes.
  • Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Louis Garrel et Izïa Higelin l’ont rejoint dans cette aventure.

Retracer la Révolution Française du point de vue des sans-culottes, tel est le défi que relève Pierre Schoeller dans Un peuple et son roi. Le réalisateur de L’Exercice de l’état (2011) s’est entouré de célébrités pour plonger le spectateur dans une période mouvementée de l’Histoire de France.

Louis Garrel joue Robespierre, Denis Lavant est Marat et Laurent Lafitte incarne Louis XVI, tandis que les sans-culottes prennent l’apparence de  Gaspard Ulliel, Olivier Gourmet, Izïa Higelin ou  Adèle Haenel. « Il est temps de faire exister au cinéma un peuple politique : les femmes et les ouvriers qui ont été peu représentés à l’écran », explique le cinéaste à 20 Minutes. Mais ce n’est pas la seule originalité du film.

Révolution aux multiples visages

Pierre Schoeller privilégie souvent l’intime et les gros plans au détriment de scènes plus spectaculaires. « Les comédiens portent l’intensité des événements sur leurs visages, insiste Pierre Schoeller. Ce sont leurs réactions qui font comprendre l’importance des situations. » L’expression émerveillée du peuple baigné par les rayons du soleil après la chute de la Bastille est l’un des instants de magie du film.

Le roi, seul contre tous

Pour l’exécution du roi, c’est l’inverse : le cinéaste insiste sur la solitude du souverain au moment de monter sur l’échafaud, face à une foule lointaine. « Le moment est tellement collectif que nous n’avions pas besoin de rajouter des réactions individuelles de personnages, précise Pierre Schoeller. Il m’a semblé plus judicieux de considérer le spectateur comme s’il faisait partie de la foule. » La séquence est impressionnante de sobriété.

Des airs de révolution

« Ah ça ira ! » : les sans-culottes poussent souvent la chansonnette, parfois avec ironie en comparant le roi à un fromage. « La transmission était principalement orale parmi un peuple souvent illettré », insiste Pierre Schoeller. Des recherches lui ont permis de découvrir des airs étonnants qui rythment l’action et apportent une originalité réelle à un sujet déjà beaucoup traité par le septième art.

Une révolution à suivre ?

Pas de série télévisée en perspective pour approfondir le sujet, mais le réalisateur pense déjà à un second long-métrage. « Le projet est conçu en deux parties, explique-t-il, mais il faudrait que le premier film rencontre massivement son public pour que le second soit lancé. » Comme on a envie de retrouver ces femmes et ces hommes qui ont lutté pour notre liberté et nos droits, on souhaite un beau succès à Un peuple et son roi.