«Searching», «Unfriended», «Open Windows»... Quand une conversation Skype vire au film d'horreur

FOUND FOOTAGE 2.0 Les nouvelles technologies inspirent les réalisateurs de films, surtout les réalisateurs de thrillers et de films d'horreur...

Vincent Julé

— 

«Unfriended» et sa suite «Dark Web» se déroulent intégralement sur un écran d'ordinateur
«Unfriended» et sa suite «Dark Web» se déroulent intégralement sur un écran d'ordinateur — Universal Pictures

Dans Searching - Portée disparue, en salles ce mercredi, un père mène sa propre enquête sur la mystérieuse disparition de sa fille en commençant par son ordinateur : ses contacts, ses messages, ses vidéos, les réseaux sociaux… Le spectateur voit tout ce qui se déroule sur l’écran de l’ordinateur, car ce dernier est l’écran de cinéma.

Ce dispositif n’est pas sans rappeler le found footage, ce type de films tournés en vue subjective, par une équipe télé (REC, Blair Witch), le caméscope familial (Cloverfield, Paranormal Activity) ou même un iPhone, mais adapté ici aux nouvelles technologies. Il n’est pas le premier : d’autres s’y sont déjà essayés, notamment des thrillers et des films d’horreurs.

Unfriended

Un an après le suicide d’une camarade à la suite d’une vidéo compromettante publiée en ligne, six amis se connectent pour discuter sur Skype. Mais une septième personne est parmi eux. Qui est-elle ? S’agit-il d’un bug ? Cet intrus se met à dévoiler leurs secrets puis menace de les tuer si quiconque se déconnecte. Avec sa vengeance d’outre-web, Unfriended ménage quelques frissons, mais se joue surtout d’une génération ultra-connectée, et ici un peu tête-à-claques. Il faut voir l’héroïne demander à l’aide sur Chatroulette, un grand moment de… rigolade. Une suite, sous-titrée Dark Web, est sortie cet été aux Etats-Unis, mais il faut - pour l’instant - se contenter du trailer en France.

Open Windows

Dans ce film disponible en VOD et DVD, Elijah Wood est Nick Chambers, fan absolu de l’actrice Jill Goddard (Sasha Grey). Or, il vient de gagner un concours en ligne pour dîner avec elle. Sauf que la star annule au dernier moment, et il se retrouve seul dans sa chambre d’hôtel, face à son ordinateur. Un mystérieux hacker lui propose alors d’espionner son idole et lui donne accès à tout : smartphone, webcam, caméras de surveillance, etc. Mais il comprend vite que c’est un piège et que la vie de Jill est en danger. Après avoir renouvelé le film de voyage dans le temps avec Timecrimes, le réalisateur espagnol Nacho Vigalondo s’attaque au found footage, et brise les codes du genre en multipliant les écrans et les points de vue pour un résultat virtuose ou bordélique, c’est selon.

The Den

Inédit en France, The Den est également le nom d’un réseau social, sur lequel Elizabeth se connecte pour un projet d’étude : connaître et comprendre les habitudes des internautes. Elle tombe un jour sur une personne dont la webcam est cassée, puis elle s’allume et montre un meurtre en direct. Elizabeth mène son enquête, mais son ordinateur est bientôt piraté. En installant une empathie pour l’héroïne et un quotidien fait de rencontres virtuelles, le film créé un malaise diffus, la peur se fait de plus en plus insidieuse pour mieux interroger notre rapport au voyeurisme.

Harcelée

A l’origine, il y a le court-métrage Webcam, visible en ligne et inspiré d’un fait divers : en mars 2010, un homme de 31 ans a été arrêté en Californie pour avoir espionné une jeune femme via sa webcam. Son réalisateur Branden Kramer en a tiré un long, Harcelée disponible en VOD, avec Ashley Benson (Pretty Little Liars) et Matt McGorry (Murder). Le film interroge les technologies que nous utilisons tous les jours, et comment elles affectent nos vies. Parfois à nos dépens. Si les moments de vie (privée) auxquels on assiste peuvent paraître anodins, voire innocents, le simple fait de les regarder par ce prisme met dans une position inconfortable, celle-là même du stalker, du voyeur. Brrrrr. Tiens, pourquoi le voyant de ma cam est allumé ?