Le jury prime la fantaisie de «Thunder Road» et de son flic paumé

DEAUVILLE 2018 Cette 44e édition du Festival de Deauville a mis en avant des œuvres singulières au sein d'une sélection très riche...

De notre envoyée spéciale à Deauville, Caroline Vié

— 

Jim Cummings dans Thunder Road qu'il a réalisé et qui a reçu le Grand Prix du Festival de Deauville 2018
Jim Cummings dans Thunder Road qu'il a réalisé et qui a reçu le Grand Prix du Festival de Deauville 2018 — Paname distribution
  • Le jury de Sandrine Kiberlain a récompensé un film original et brillant.
  • D’autres œuvres fortes ont séduit les jurés.
  • L’Amérique apparaît dans tous ses contrastes dans le palmarès.

On ne rigole pas tous les jours dans l’Amérique de 2018. C’est la conclusion que pouvaient tirer les festivaliers après avoir vu les quatorze films en compétition à  Deauville. C’est pourtant une comédie, Thunder Road (sortie le 12 septembre), que Sandrine Kiberlain et son jury ont mise en avant dans leur palmarès. Ce Grand Prix mérité fait chaud au cœur.

Jim Cummings, talent complet, est l’homme-orchestre de cette œuvre atypique autour d’un policier au bout du rouleau fracassé par son divorce et la mort de sa mère. « Je n’en reviens pas d’être là car il s’agit de mon premier film à tous points de vue », confie à 20 Minutes ce trentenaire qui occupe pratiquement tous les postes du film. Très ému, il a fondu en larmes sur scène en recevant son trophée.

Drôle mais pas que

Si ce film contient des séquences très drôles comme une étonnante ouverture autour d’un enterrement où le héros pète les plombs, l’ensemble montre le désarroi d’un homme perdu dans un monde hostile, emblématique d'une Amérique mal dans ses bottes de cow-boy. American Animals de Brad Layton, prix du Jury, surfe sur les codes du polar en mêlant fiction et documentaire. Les véritables protagonistes de ce cambriolage de livres précieux dans une université viennent commenter leurs actions que des acteurs font revivre à l’écran.

Pas si drôle en fait

Le deuxième prix du jury et celui de la révélation plongent plus pronfondément dans la réalité de l’Amérique actuelle. Night Comes On de Jordana Spiro fait vivre les épreuves d’une jeune femme partagée entre un désir de vengeance et celui de s’occuper de sa jeune sœur malmenée dans une famille d’accueil. Le jury de Cédric Kahn a, quant à lui, primé We The Animals de Jeremiah Zagar, étonnant poème filmé contenant des passages animés, pour conter comment un gamin créatif finit par s’affranchir d’une famille violente.

Des potes et un puzzle

La violence est aussi au centre de l’excellent Blindspotting de Carlos Lopez Estrada (sortie le 3 octobre), récompensé par le jury de la Critique. L’amitié d’un détenu noir en liberté conditionnelle et de son meilleur ami blanc est violent est montrée avec autant d’énergie que d’originalité dans ce tableau cruel et surprenant d’un Amérique raciste. Le public a préféré le rayonnant Puzzle de Marc Turtletaub où une mère de famille s’émancipe grâce à ces jeux de société. Un vrai petit bijou qui, espérons-le, trouvera le chemin des salles françaises comme tous les films de la compétition dont la sortie n'est pas encore annoncée.