Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
COMEDIE«Thunder Road», l'image du flic en prend pour son matricule

VIDEO. «Thunder Road»: Comment Jim Cummings a cassé l'image mythique du flic américain

COMEDIE
Le réalisateur Jim Cummings a remporté le Grand Prix du Festival de Deauville avec « Thunder Road » où il dézingue le mythe du mâle américain en incarnant lui-même un policier paumé…
Jim Cummings porte Kendall Farr dans Thunder Road qu'il a réalisé
Jim Cummings porte Kendall Farr dans Thunder Road qu'il a réalisé - Paname distribution
Caroline Vié

Caroline Vié

L'essentiel

  • Scénariste, acteur, chanteur, réalisateur, Jim Cummings occupe presque tous les postes sur « Thunder Road ».
  • Il a été découvert à Sundance après avoir réalisé un court-métrage qu’il a développé en long.
  • Cette histoire d’un flic en plein divorce révèle un talent singulier.

Jim Cummings est un sacré phénomène. Ce trentenaire est à la fois scénariste, réalisateur, acteur principal, chanteur, monteur et distributeur (aux Etats-Unis) de Thunder Road, comédie délirante autour d’un flic totalement à l’ouest. Il a remporté le Grand Prix du Festival de Deauville pour cette œuvre atypique.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Ce n’est pas que je sois égocentrique, confie-t-il à 20 Minutes après la projection de son film à Deauville. C’est juste que je n’avais pas un sou alors j’ai presque tout fait moi-même ! » Dès l’ouverture, le héros, en plan fixe, fait un discours chaotique à l’enterrement de sa mère. Puis il se livre à un ballet embarrassant en mimant la chanson de Bruce Springsteen qui donne son titre au film.

Cummings bon à tout faire

« Cette première séquence était un court-métrage que j’ai présenté à Sundance sans y croire », explique Jim Cummings. Il n’avait jamais fait l’acteur et le film a été sélectionné et primé en 2016. Pour le transformer en long-métrage, le jeune homme a retroussé ses manches. Une campagne de crowdfunding lui a permis de boucler un budget minuscule. Il s’est ensuite attelé à la distribution de Thunder Road armé de son seul téléphone portable. « Je tenais à ce que le film sorte en salle pour être certain qu’il touche le bon public et que le bouche-à-oreille puisse fonctionner. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Cumming se met à nu

Son héros pas vraiment héroïque et en plein divorce tente désespérément de conserver la garde de sa fillette tout en composant avec un métier pas facile. « C’est une caricature du mâle américain, un pauvre type qui essaye de bien faire et qui se plante tout le temps », précise-t-il. Au cours d’une scène étonnante dans un parking, l’homme se met carrément à nu devant ses collègues au propre comme au figuré. « Quand j’écrivais, j’oubliais que c’était moi qui devais l’incarner », avoue-t-il. Le spectateur, lui, s’en souviendra longtemps !

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Cummings revient sur terre

Après Thunder Road, Jim Cummings prépare une série télévisée sur des astronautes dépressifs devant se réhabituer à la vie sur terre. « Cela peut prendre des années de discussion avec les chaînes alors je continue à peaufiner de petits projets personnels en même temps », explique-t-il. S’il reconnaît que le fait d’être un auteur complet va à l’encontre de la parité, il se réjouit d’apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre le machisme. « Je me moque des hommes en général et de moi-même en particulier », dit-il. Un beau programme dont on est impatient(e) de connaître la suite.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Sujets liés