VIDEO. Kate Beckinsale: «Le talent c’est comme les dents ou les cheveux, ça s'entretient»

DEAUVILLE 2018 Honorée par le festival de Deauville, la comédienne britannique, star de la saga « Underworld », revient pour « 20 Minutes » sur l’ensemble sa carrière…  

De notre envoyée spéciale à Deauville, Caroline Vié

— 

Kate Beckinsale dans Love & Friendship de Whilt Stillman
Kate Beckinsale dans Love & Friendship de Whilt Stillman — Bernard Walsh/Sophie Dulac
  • Kate Beckinsale évoque sa carrière sans langue de bois.
  • L'actrice n'a pas peur de vieillir et se sent bien dans sa peau de quadragénaire.
  • Elle sera bientôt l’héroïne de la série « The Widow ».

La langue de bois, Kate Beckinsale ne connaît pas ! La star de la saga Underworld a reçu le Deauville Talent Award pour l’ensemble de sa carrière ce dimanche soir et elle s’en réjouit en constatant. « Cela me semble fou d’être récompensée pour mon talent, avoue-t-elle à 20 Minutes. Le talent c’est comme les dents ou les cheveux : on naît avec ou pas, mais ça s’entretient quand on en a. »

Love & Friendship, adaptation d’une œuvre de Jane Austen par Whit Stillman sortie en été 2017, est le film avec lequel elle est venue à Deauville. « Je l’adore car Whit l’a écrit pour moi, ce qu’il m’a finalement avoué pendant la promotion du film : il attendait que je sois assez mûre pour me l’offrir. »

Maman et vampire

Prendre de l’âge n’effraie pas la comédienne de 45 printemps. « Je préfère l’idée de vieillir à celle de mourir, peut-être parce que mon père est décédé à 31 ans, explique-t-elle. Je me dis que ceux que ceux qui se plaignent de prendre de l’âge sont des enfants gâtés ! » Jeune première sexy dans Pearl Harbor (de Michael Bay en 2001), elle y séduisait Ben Affleck et Josh Hartnett à l’écran. « Alors que, dans la vie, je galopais après ma petite fille d’un an : un décalage total ! » Deux ans plus tard, la vampire de Underworld faisait d’elle une superstar. « C’était l’une des premières héroïnes vraiment combatives, ça a lancé une mode », dit-elle.

A coups de chaussure

Ce côté guerrier a clairement dissuadé les décideurs de s’en prendre à sa vertu. « Il devait sembler évident que, s’ils tentaient quelque chose, je les assommerais à coups de chaussure », avoue celle qui a longtemps été un garçon manqué. « J’ai caché ma sexualité et dissimulé mon corps pendant ma prime jeunesse tant je ne m’assumais pas. » Aujourd’hui, Kate Beckinsale a tout d’une femme épanouie qu’on verra bientôt dans Farmingd’Adewale Akinnuoye-Akbage, l’histoire vraie d’un Afro-Américain devenu le chef d’une bande de skinheads.

Faire avec ce qu’on lui propose

« Je ne peux sélectionner que dans les films qu’on me propose » commente-t-elle en souriant. Ses choix, Kate Beckinsale les assume totalement ! « Il suffit de regarder ma filmographie pour savoir quand j’ai fait au mieux avec ce qu’on m’offrait. » L’humour de la belle Anglaise est l’un de ses atouts majeurs comme on peut en juger sur son compte Instagram, activité qu’elle trouve « étonnamment créatrice parce que j’en avais assez de voir mes propos déformés. » Elle donnera aussi la pleine mesure de son talent créatif dans la série The Widow qu’elle vient de tourner en Afrique du Sud.

View this post on Instagram

Don’t bother me

A post shared by Kate Beckinsale (@katebeckinsale) on