VIDEO. Kevin Macdonald: «Les abus sexuels subis par Whitney Houston expliquent sa fragilité»

DOCUMENTAIRE Le réalisateur Kevin Macdonald n'en est toujours pas revenu de découvrir, pendant le tournage de son propre film, l'origine des démons qui ont terrassé la star à 48 ans...

Caroline Vié

— 

Whitney de Kevin Macdonald
Whitney de Kevin Macdonald — Arp Sélection
  • «Whitney» brosse un portrait intime de la chanteuse Whitney Houston.
  • Le réalisateur Kevin Macdonald a découvert en cours de tournage qu'elle avait été abusée sexuellement.
  • Cette révélation d'un proche de la star a apporté un éclairage nouveau à son film.

Whitney Houston (1963-2012) est une chanteuse inoubliable : 200 millions d’albums vendus et son tube, I Will Always Love You du film Bodyguard (1992) avec Kevin Costner ont fait d’elle une superstar. Dans Whitney, présenté à Cannes et à Deauville, Kevin Macdonald permet de découvrir la femme derrière l’icône.

« Je n’étais pas particulièrement fan de Whitney Houston avant de réaliser le film, ce qui m’a permis d’aborder mon sujet sans affect, confie à 20 Minutes le cinéaste, oscarisé en 2000 pour le documentaire Un jour en septembre sur la prise d’otages aux Jeux Olympiques de Munich en 1972 et auteur d’une biographie passionnante de Bob Marley en 2012. En fait, j’étais plus intéressé par sa personne que par sa musique… »

Y a quelque chose qui cloche là-dedans

Alternant témoignages et archives filmées, le cinéaste brosse le portrait d’une enfant à la voix d’or dont les succès professionnels sont aussi fulgurants que sa descente aux enfers privée. « Je sentais bien que quelque chose clochait dans les récits de ses proches mais je ne parvenais pas à mettre le doigt dessus, avoue-t-il. La famille de Whitney Houston s’est montrée très coopérative, mais je ne parvenais pas cerner cette femme talentueuse qui semblait faire les plus mauvais choix dans sa vie personnelle. »

La révélation qui a tout changé

Ce n’est que lorsque Gary, le frère de Whitney Houston, a fini par avouer qu’ils ont tous les deux été sexuellement abusés par leur cousine Dee Dee Warwick pendant leur enfance que Kevin Macdonald a compris ce qui n’allait pas. « Les abus sexuels subis par Whitney Houston expliquent sa fragilité. Les pièces du puzzle qui constituait mon film se sont emboîtées quand j’ai compris cela », reconnait-il. Cette interview clef rend le documentaire passionnant en offrant une vue en profondeur des démons que la star fuyait dans la drogue.

Impossible d’être gay

Son veuf, Bobby Brown, qui tenta de régner sur sa carrière et prit ombrage de ses triomphes, nie farouchement les problèmes de Whitney avec les paradis artificiels. « Elle l’aimait profondément car elle rêvait de créer un couple hétérosexuel parfait, insiste Kevin Macdonald. Bien qu’elle ait eu au moins une relation lesbienne avec son assistante Robyn Crawford, l’homosexualité était inacceptable dans sa famille. » Le malaise constant que vécu la chanteuse affleure dans Whitney qui parle à la fois d’elle, du milieu qui l’a enfantée, et de ce qui l’a tuée.