VIDEO. Eddy Mitchell, Pierre Richard et Roland Giraud, des «Vieux fourneaux» très sympas

COMEDIE Un trio de séniors craquants et complices est l’atout majeur de cette fantaisie tendre adaptée d’une bédé qui sort en salles le 22 août…

Caroline Vié

— 

Roland Giraud, Pierre Richard et Eddy Mitchell dans Les vieux fourneaux de Christophe Duthuron.
Roland Giraud, Pierre Richard et Eddy Mitchell dans Les vieux fourneaux de Christophe Duthuron. — Eric Travers/Gaumont distribution
  • On retrouve le charme de la bédé de Cauuet et Lupano dans cette fantaisie.
  • La complicité des comédiens fait mouche.
  • « Les vieux fourneaux » donne l’impression de retrouver des tontons rigolos.

On craque pour les papys complices des Vieux fourneaux. Pour sa première réalisation, Christophe Duthuron a retrouvé la saveur gouleyante des albums de Paul Cauuet et Wilfrid Lupano (éditons Dargaud) suivant les tribulations de potes du Troisième âge résolus à empêcher l’un d’eux de faire une grosse bêtise.

« C’est à la fois goguenard, rigolard, anar, vachard, transgressif, nostalgique et… plein d’humanité » déclare le réalisateur dans le dossier de presse. Une bonne façon de décrire le trio formé par Eddy Mitchell, Roland Giraud et Pierre Richard qui s’amusent visiblement ensemble. 20 Minutes s’est demandé ce qui les rendait si touchants.

Ages et goûts en rapport

Ils en font tous des caisses et pourtant ils ne tirent pas la couverture à eux. C’est en laissant ses partenaires faire leur tour de piste que chacun se met en valeur. Tous sont charismatiques et un poil égocentriques mais éminemment sympathiques. On envierait presque Alice Pol qui a dû bien s’amuser à tourner avec eux.

Ils ont le look

On tire notre chapeau à Pierre Richard et à ses grosses lunettes aux montures qui lui donnent un air toujours plus lunaire. On adore aussi la décoloration couleur de neige de Roland Giraud. C’est cependant la teinture sombre et la petite moustache sombre de M’sieur Eddy qui remportent le pompon du look.

Ils sont chou (tout simplement)

On deviendrait presque gérontophiles avec ces charmeurs de première catégorie qui font oublier que le film manque de rythme et d’enjeux. Passer un moment en leur compagnie met d’excellente humeur comme si on retrouvait des tontons rigolos qu’on avait perdus de vue.