VIDEO. «Silent Voice» dénonce le harcèlement scolaire et confirme le renouveau de l'animation japonaise

ANIMATION Cette adaptation d’un manga culte qui sort en France mercredi 22 août décrit l’amitié improbable d’une jeune fille sourde et de son ancien persécuteur tentant de se faire pardonner…

Caroline Vié

— 

Silent Voice de Noako Yamada
Silent Voice de Noako Yamada — Art House
  • « Silent Voice » émeut en décrivant abordant des thèmes sérieux comme le harcèlement scolaire et le handicap.
  • Le film est adapté d’un manga culte.
  • Il a été sélectionné au Festival d’Annecy.

Silent Voice a été l’un des chocs du Festival d’Annecy l’an passé ! Ce long-métrage adapté du manga de Yoshitoki Oima (éditions Ki-oun) récompensé à Japan Expo en 2017 sort en salles mercredi 22 août. Naoko Yamada, l’une des rares réalisatrices d’animation au Pays du Soleil Levant, y aborde le thème du harcèlement scolaire avec autant de délicatesse que d’intelligence.

On y découvre les brimades que subit une élève malentendante (doublée en français par la Youtubeuse sourde Mélanie Deaf) par d’un condisciple qui la maltraite au point de la forcer à changer d’école. Mis au ban par ses camarades, ce dernier découvre alors ce qu’on ressent quand se trouve dans la peau de la victime. « Ce retournement est très pédagogique pour lui comme pour le spectateur », explique la réalisatrice.

Sans jugement

Elle signe une œuvre dépourvue de tout manichéisme ce qui la rend d’autant plus touchante. « Je ne juge pas les personnages car ils évoluent au fil du récit ce qui est le cas de bien des êtres humains dans la vraie vie », dit-elle. Le persécuteur, qui a beaucoup changé, part à la recherche de celle qu’il a humiliée pour lui demander pardon. Les choses ne seront évidemment pas simples pour les protagonistes dont les relations sont décrites avec une grande sensibilité.

Le monde du silence

La réalisatrice s’est aussi passionnée pour la description de la surdité de l’héroïne. « J’ai essayé de retranscrire à l’image le phénomène du bruit sans les sons qu’on entend, seulement avec la sensation du corps ou les répercussions visuelles », explique Yamada-san. Le résultat est étonnant car le spectateur a vraiment l’impression de plonger à ses côtés dans un monde différent sans pour autant être ni triste ni douloureux. « Ce n’est pas son handicap qui la fait souffrir mais la façon dont elle est harcelée », précise la réalisatrice.

Le temps du renouveau

Après de grands moments d’animation comme Your Name ou Dans un recoin du monde, Silent Voice confirme que le renouveau du cinéma d’animation japonais est en marche. Des thèmes sérieux et un traitement tout en finesse marquent durablement le spectateur qui s’attache à des héros profondément humains. « L’animation est un médium qui laisse une grande liberté pour parler de choses importantes sans trop heurter le public », insiste la Noako Yamada. Son film le démontre par l’exemple.

>> A lire aussi : VIDEO. L'argent, vraie raison du départ en retraite d'Hayao Miyazaki, selon un ancien du studio Ghibli