VIDEO. Adam Driver, le héros de «BlacKkKlansman», n'a pas un physique facile (mais c'est un grand acteur)

PORTRAIT Plusieurs cinéastes chantent les louanges du comédien actuellement à l’affiche de « BlacKkKlansman »…

Caroline Vié

— 

Spike Lee et Adam Driver sur le plateau de «BlacKkKlansman»
Spike Lee et Adam Driver sur le plateau de «BlacKkKlansman» — Universal Pictures
  • Adam Driver, comédien de 34 printemps, multilplie les rôles marquants.
  • Des réalisateurs comme Terry Gilliam, J.J. Abrams ou Martin Scorsese l’adorent.
  • Il ne supporte pas de se voir à l’écran.

Adam Driver n’a pas un physique de jeune premier mais il s’en fiche complètement et il a bien raison ! Il n’y a qu’à voir sa carrière pour se dire qu’il n’y a pas que les belles gueules qui réussissent sur grand écran. Sa performance dans BlacKkKlansman - J’ai infiltré le Ku Klux Klan (en salles le 22 août) le démontre une fois de plus.

« Il ne supporte pas de se voir à l’écran mais vous donne tout sur le plateau, » explique Spike Lee à 20 Minutes. Dans BlacKkKlansman, le trentenaire incarne un flic qui joue à la taupe dans l’organisation raciste avec la complicité de John David Washington.

Meilleur que nous

« Adam, c’est chacun d’entre nous en un peu mieux », confie Terry Gilliam qui vient de le diriger dans L’homme qui tua Don Quichotte. Cela se confirme dans le personnage discrètement héroïque que lui confie Spike Lee. « On sent qu’il pourrait risquer sa vie pour ses idéaux. Il n’est pas beau mais il est inoubliable, » insiste Lee. Il a été particulièrement impressionné par l’acteur dans Paterson de Jim Jarmusch qui déclare sobrement « C’est l’un des comédiens les plus sensibles que j’ai jamais rencontrés. » Le public n’en doute pas une seconde en le voyant jouer.

Au risque de se ruiner la santé

C’est pourtant un rôle de méchant d’anthologie qui a fait une star de ce chic type : Kylo Ren, le salaud de la nouvelle saga Star Wars. « C’est l’humanité palpable d’Adam qui rend ce personnage tolérable », nous précisait Rian Johnson au moment de la sortie des Derniers Jedi. L’acteur s’est racheté en incarnant un missionnaire prêt à se sacrifier dans Silence de Martin Scorsese. « Son implication me faisait peur et je craignais parfois pour sa santé », se souvient ce dernier. Espérons qu’Adam Driver parviendra à se ménager suffisamment pour nous enchanter encore longtemps.

>> A lire aussi : «BlacKkKlansman»: Le fils de Denzel Washington pourrait avoir le prix d'interprétation grâce au film de Spike Lee