VIDEO. «Happiness Road»: la perle animée qui va vous donner envie de découvrir Taïwan

ANIMATION Présenté hors compétition au Festival d’Annecy, « Happiness Road » fait découvrir les charmes de ce pays, même s'il s'agit d'un conte cruel…  

Caroline Vié

— 

Happiness Road de Sung Hsin-yin
Happiness Road de Sung Hsin-yin — Eurozoom
  • « Happiness Road » retrace l'enfance de la réalisatrice Sung Hsin-yin dans le Taïwan des années 1980-90.
  • La jeune héroïne revient voir les siens après des années d’absence.
  • Ce film d'animation a été couvert de récompenses avant d’être présenté au festival d'Annecy.

Bienvenue à Taïwan. Pour Happiness Road, son premier long-métrage, la jeune réalisatrice Sung Hsin-yin retrace sa jeunesse dans un quartier misérable. La « rue du bonheur » mentionné dans le titre n’a rien de joyeux. L’héroïne y revient au moment de la mort de sa grand-mère, quittant les Etats-Unis où elle est en train de préparer son avenir.

« C’est un conte sombre et cruel sur la fin de l’enfance et l’animation m’a permis de le rendre plus amusant », explique la cinéaste au Festival d’Annecy où le film a été présenté hors compétition. Cette œuvre couverte de récompenses - notamment le Grand Prix du Festival d’animation de Tokyo, est distribuée en France par Eurozoom dont l’exigence en matière d’animation surprend constamment. 20 Minutes explique pour ce film donne envie de mieux connaître Taïwan.

Parce qu’on y découvre l’histoire du pays

On se laisse envoûter par le cri d’amour de la réalisatrice à ses origines. Pendant l’enfance de l’héroïne à la fin des années 1980, le pays sort doucement de la dictature. Et ce processus douloureux donne envie de savoir comment Taïwan a évolué aujourd’hui.

Parce que certains personnages donnent envie de les connaître

La grand-mère de la fillette, qu’on découvre lors de flash-back, est une Aborigène taïwanaise, très attachante. « Elle me faisait honte pat son manque de culture quand j’étais gamine, avoue la cinéaste. Je n’ai compris que plus tard qu’elle était exceptionnelle. » Son hommage vibrant de tendresse et d’humanité fait qu’on aimerait croiser de semblables aïeules.

Parce que le film met l’eau à la bouche

Quand les personnages passent à table, les repas donnent envie de se servir. « Il est vrai que notre cuisine est appétissante et je serais ravie si mon film donnait envie d’en tâter » dit la réalisatrice. Ce film dessiné à la main rend tout autant justice aux mets qu’aux paysages qu’il décrit. On vous met au défi de ne pas rêver de cuisine asiatique à la fin de la projo.

Parce que c’est beau (tout simplement)

« Je trouve capital que le "made in Taïwan" ne se limite pas aux produits de consommation mais que notre culture soit aussi connue à l’étranger comme chez nous », précise Sung Hsin-yin. La curiosité du public est piquée devant sa peinture toute en tendresse de plusieurs générations confrontées au choix de la vie, que ce soit en restant sur place ou en partant pour l’étranger.

>> A lire aussi : Passez vos vacances au ciné (il y fait frais et on n'a pas à porter ses bagages)

#電影 幸福路上(OnvHappiness Road) 『小時候,我們都希望成為閃亮亮的大人; 長大後,卻只想要平凡的幸福。』 是一部充滿回憶的電影吶~在爸媽那一代會感觸更深,讓人又哭又笑的,滿溫馨的電影😄 ❏防雷❒ ❒究❏ ❏竟❒ ❒、❏ ❏什❒ ❒麼❏ ❏是❒ ❒幸❏ ❏福❒ ❒呢❏ ❏?❒ ❒防雷❏ 很喜歡這部電影表現的方式,利用動畫的特性,時空、場景交錯、是夢或是現實,讓人需要觀察需要思考。 之前有聽過爸媽在講小學上課的點點滴滴,從電影中看到就特別有感覺,台灣國語部分很促咪,其實也反映了當時的文化衝擊以及黨政當道,適時加入真實歷史讓人很有共鳴。 主角是小琪,從小學開始就是滿滿的回憶啊!哭著找媽媽、尿褲子要媽媽來接什麼的,還有很疼孫子的阿嬤…阿嬤殺雞那段我也有經歷過耶!第一次真的是會傻眼的那種😂 當父母的期望與自己的人生衝突,自己的人生自己負責,阿嬤說的話很有智慧。收驚的橋段也是看了一直笑xD 『你想你的人生變成怎樣,他就會變成那樣。』只有自己,可以幫自己做決定。這個跟最近在看的『人100%看外表』很有共鳴吶,只是有想法後要跨出第一步執行真的很難。日復一日的人生,不追求永遠的幸福,體會平凡的幸福。 最後是小琪的婚姻愛情,跟下午看的錕P談愛情相呼應xD 是沒有愛只剩情,當不願意繼續磨合之時,就宣告終結。『恩恩愛愛一輩子,吵吵鬧鬧五十年』說的就是這麼回事。 雖然這部電影畫風讓我在看預告片時對他興趣缺缺xD,不過看完覺得很喜歡,比起小孩子,我覺得大人們更適合看這部電影呢😆 #一碗剉冰看電影 #幸福路上 #onhappinessroad #happinessroad #movie #映画

A post shared by 剉冰 (@cpplin) on