Le réalisateur des «Gardiens de la Galaxie» viré par Disney pour des vieilles blagues sur la pédophilie

CINEMA James Gunn devait réaliser le troisième volet de la saga...

P.B.

— 

Le réalisateur du film «Les Gardiens de la Galaxie», James Gunn, le 24 avril 2017.
Le réalisateur du film «Les Gardiens de la Galaxie», James Gunn, le 24 avril 2017. — Joel Ryan/AP/SIPA

Les deux premiers volets ont rapporté 1,6 milliard de dollars à Disney. Mais vendredi, le studio a limogé le réalisateur James Gunn, qui travaillait sur le troisième épisode, alors que des vieux tweets dans lesquels il faisait des blagues de très mauvais goût sur la pédophilie et le viol ont refait surface.

« L’attitude et les déclarations choquantes découvertes dans le flux Twitter de James sont impossibles à défendre et contraire aux valeurs de notre studio. Nous avons mis fin à notre relation d’affaires avec lui », a déclaré le président du Conseil d’administration de Disney, Alan Horn.

« J’aime quand des petits garçons me touchent »

Les tweets, qui remontent à 2009, ont été déterrés jeudi soir par Mike Cernovich, une figure controversée de l’alt-right américaine, qui a propagé plusieurs conspirations, notamment celle du pizza-gate. Si Cernovich accuse à demi-mot le réalisateur d’être un pédophile, Mike Gunn a assuré sur Twitter – avant d’effacer son compte – qu’il ne s’agissait que « de blagues choquantes et taboues ». « Cela va sans dire, je faisais ces blagues mais je ne les vivais pas », assure-t-il.

Gunn a notamment retweeté le message « J’aime quand des petits garçons me touchent à des endroits rigolos » et écrit « Le meilleur dans le viol, c’est quand ça s’arrête et que tu te dis ''Ça fait du bien de ne plus être violé'' ». Sur son blog personnel, il a également raconté une anecdote survenue sur le tournage du film d’un de ses amis, lors duquel un singe s’est « masturbé jusqu’à la fin, et un jet de sperme a atterri directement sur l’enfant. » « Je suis peut-être un peu dérangé, mais cette histoire me rend très heureux », conclut-il.

Mots-clés :