VIDEO. Comment «Dogman» a fait sortir l'acteur italien Marcello Fonte de sa niche

REVELATION Prix d’interprétation à Cannes pour « Dogman », Marcello Fonte raconte à « 20 Minutes » comment il assume sa gloire nouvellement acquise…

Caroline Vié

— 

Marcello Fonte dans Dogman de Matteo Garrone
Marcello Fonte dans Dogman de Matteo Garrone — Le Pacte
  • L’acteur italien Marcello Fonte joue un toiletteur pour chiens contraint à des actes de délinquance par une brute qu’il connaît depuis l’enfance.
  • Le cinéaste Matteo Garrone, réalisateur de « Gomorra », révèle au public un acteur au physique aussi étonnant que le naturel avec lequel il joue son personnage.

Dès la fin de la projection de Dogman à Cannes, Marcello Fonte était cité comme grand favori pour le Prix d’interprétation. Il n’empêche que le cinéaste italien Matteo Garrone a eu du nez en dénichant ce comédien quadragénaire qui incarne un toiletteur pour chiens poussé vers la délinquance par un ami d’enfance mafieux et drogué.

« Le film n’aurait pas été possible sans le naturel de Marcello, explique le réalisateur de Gomorra à 20 Minutes. Son côté Buster Keaton m’a conquis car il donnait une dimension poétique à son personnage. Mais je suis certain qu’il n’est pas l’homme d’un seul rôle ». C’est cette dimension qui a séduit les festivaliers, s comme le jury présidé par Cate Blanchett.

Marcello passe de la misère au tapis rouge

En personne, Marcello Fonte est beaucoup moins introverti que son personnage. Cet ancien gardien d’un centre social rêve de cinéma depuis son enfance. « Je suis issu d’une famille très pauvre et je n’aurais jamais cru réussir un jour dans ce milieu », avoue-t-il. C’est à la force de sa détermination qu’il a monté les échelons en devenant d’abord doublure lumière pour Gangs of New York de Martin Scorsese. « Cela n’a fait que confirmer ma vocation et me pousser vers la scène et les plateaux de cinéma bien que je n’aie pas reconnu Daniel Day Lewis », nous avoue-t-il.

Marcello Fonte à Paris après sa gloire cannoise #dogman @le_pacte_officiel

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

Quand Marcello rencontre Matteo

Sa rencontre avec Matteo Garrone a changé sa vie. « Il est le premier à m’avoir fait totalement confiance, à me considérer comme un collaborateur dont l’influence est capitale pour la réussite du projet », explique-t-il. C’est à quatre mains que cinéaste et comédien ont donné sa spécificité au Marcello du film qui apprend à se révolter contre la brute qui terrorise un quartier pauvre de Rome. « Je n’ai pas tout de suite saisi le côté universel du personnage, reconnaît Marcello Conte. Ce n’est qu’à Cannes que j’ai compris son potentiel international. »

Il n’a pas changé

Marcello Fonte n’a pas pris la grosse tête suite à son succès soudain mais il a caché soigneusement son prix chez lui de peur qu’on le lui vole. « Je n’ai pas changé, insiste-t-il. L’attitude des autres face à moi est devenue différente, plus déférente. Je suis trop mûr pour être dupe devant ce respect soudain. » Il préfère se consacrer à son autobiographie qui paraîtra cet automne et à la ressortie d’Asino Vola qu’il a coréalisé et qui s’inspire de sa jeunesse misérable. « Bien que le film ait été sélectionné à Locarno, il n’a jamais distribué correctement, j’espère que ma notoriété lui donnera une nouvelle chance. » Nous aussi.

>> A lire aussi : VIDEO. Festival de Cannes: «Burning» et «Dogman», la violence dans le feu de l'action