VIDEO. «Les Affamés»: Louane est la porte-parole d'une jeunesse qui a le mors aux dents

COMEDIE Léa Frédeval raconte comment elle a transformé son blog « Les Affamés » en fantaisie filmée mettant Louane Emera en vedette…

Caroline Vié

— 

Louane Emera dans «Les Affamés de Léa Frédeval
Louane Emera dans «Les Affamés de Léa Frédeval — StudioCanal
  • Après un blog et un livre, Léa Frédeval porte la révolte des jeunes à l’écran.
  • La réalisatrice dirige Louane Emera en demoiselle résolue à défendre ses droits malgré son âge tendre.
  • Cette comédie est très ancrée dans la réalité actuelle.

Léa Frédeval a commencé par créer un blog qu’elle a adapté en roman (éditions Bayard) avant de réaliser un film basé sur Les Affamés, ces jeunes qui en ont assez d’être traités en quantités négligeables par des adultes méprisants. Elle envoie Louane Emera défendre leur cause dans cette fantaisie où elle tente d’organiser une « journée sans jeunes » pour montrer à quel point ils sont importants dans la société !

« Mon film est résolument politique », précise Léa Frédeval, 27 ans, à 20 Minutes. Le cheminement de Zoé, son héroïne, la fait passer d’un individualisme forcené au moment où elle prend conscience du monde qui l’entoure. « Elle est très en colère ce qui est un bon moteur pour se révolter », explique la cinéaste.

Jeunes et fatigués par la précarité

Léa Frédeval s’est demandé pourquoi les jeunes sont fatigués avant d’avoir vécu, pourquoi ils ont peur. « Ma colère a débouché sur une réflexion et sur un appel à se réunir pour se faire entendre car la fureur ne sert à rien si elle n’évolue pas de façon positive », dit-elle.

Entre les profs qui enfoncent leurs élèves et les employeurs qui les sous-payent, ses héros vivent dans une précarité financière et psychologique. « Petit à petit, ils découvrent que cela touche toutes les catégories socioprofessionnelles, explique-t-elle. En France aujourd’hui, on n’est pleinement décontracté qu’avant l’âge de dix ans. »

Léa Frédeval, réalisatrice des #affamés @studiocanal.fr

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

La faim de Louane

Louane a naturellement trouvé sa place dans cette aventure. « J’avais rencontré plein de comédiennes qui me demandaient pourquoi je voulais faire un film sur les jeunes, se souvient Léa Frédeval. Louane a tout de suite compris. » Sa présence ajoute un attrait supplémentaire aux Affamés tout en augmentant le potentiel commercial de cette comédie qui parle de sa génération. « Elle n’a jamais vécu la précarité de mes personnages, insiste la réalisatrice, mais je suis fière qu’elle ait accepté d’être leur porte-parole. »

Un film qui donne faim

Si Les Affamés n’est pas exempt de lenteur et de maladresse, ce film fort mérite amplement d’être vu tant ce qu’il raconte est ancré dans nos vies quel que soit notre âge et notre condition. Il y a une niaque folle dans cette première œuvre qui met le cœur en fête par sa vitalité et sa sincérité. Les Affamés donne envie de mordre la vie à belles dents.