VIDEO. Xavier Gens: «“Budapest” est un film de fêtes et de fesses avec beaucoup de cœur»

COMEDIE Manu Payet et le réalisateur Xavier Gens expliquent comment ils se sont inspirés de la réalité d’une agence d’enterrements de vie de garçons pour « Budapest », un film qui sort en salles le 27 juin…

Caroline Vié

— 

Manu Payet, Monsieur Poulpe et Jonathan Cohen dans Budapest de Xavier Gens
Manu Payet, Monsieur Poulpe et Jonathan Cohen dans Budapest de Xavier Gens — Warner Bros
  • Trois Français lancent une agence spécialisée dans les enterrements de vie de garçons à Budapest.
  • Il leur faut alors gérer clients et prestataires.
  • Manu Payet, Jonathan Cohen et Monsieur Poulpe incarnent les héros de cette fantaisie inspirée d’une histoire vraie.

Ces Français ont réussi grâce à une idée géniale : organiser des enterrements de vie de garçons dans les Pays de l’est. C’est chez les créateurs du véritable site Crazy- EVG que la comédie Budapest de Xavier Gens a puisé son potentiel délirant.

Jonathan Cohen, Monsieur Poulpe et Manu Payet s’unissent pour raconter les aventures de ces diplômés d’HEC qui ont réussi en montant des fiestas à tout casser. « On a eu envie de faire un film de fête et de fesses avec beaucoup de cœur », explique Xavier Gens à 20 Minutes. Et ils y sont parvenus en s’appuyant sur un scénario coécrit par Manu Payet et Simon Moutaïrou.

Des gaffes et des dégâts

« Simon connaissait les gars de Crazy - EVG chez qui il avait enterré sa vie de garçon, nous confie Manu Payet. Il m’a emmené essayer leurs activités avant que nous nous mettions à l’écriture. » L’acteur déclare que, bien qu’ils aient pris des libertés pour servir la fiction, l’ensemble du récit demeure proche de la vérité. « Ils avaient pensé à tout sauf au côté humain de leurs clients qui ont parfois fait pas mal de bêtises ! », raconte-t-il. Certains, passablement, éméchés sont même rentrés en bus dans un commerce, provoquant de nombreux dégâts (mais, fort heureusement, pas de victimes).

Girl power à la ville comme à l’écran

Le film évoque un peu Very Bad Trip ou Pattaya par sa thématique mais il se révèle plus familial que ces deux comédies frappadingues. « Tout est suggéré et nous avons tenu à donner de beaux rôles aux dames, insiste Manu Payet. C’est un film écrit par des hommes, réalisé par un homme dans lequel les femmes prennent le pouvoir. » Alice Belaïdi et Alix Poisson, épouses au fort caractère, n’ont rien de potiches. « Dans la vraie vie aussi, des femmes veillent au grain car les organisateurs de ces fêtes font cornaquer leurs clients par des collaboratrices chargées de contrôler leurs éventuels débordements. »

Chasse l’homme et promenades en tank

Il faut dire que les activités proposées par l’agence ne sont pas ordinaires : Tir à aux armes lourdes, promenades en tanks voire chasse à l’homme font partie des plus originales. « Le système fonctionne parce que vous pouvez choisir un week-end qui vous ressemble », insiste Manu Payet. Bien évidemment, les futurs mariés du film s’en donnent à cœur joie pour faire rire le spectateur quitte à exagérer quelque peu. Si « Ce qui se passe à Budapest reste à Budapest », comme le déclarent les clients avant de rentrer convoler, souhaitons que cette fantaisie fort amusante ne reste pas confidentielle.