• Sandra Bullock mène une bande 100 % féminine pour voler un précieux collier.
  • Cate Blanchett et Rihanna se sont jointes à la troupe de « Ocean’s 8 ».
  • Le réalisateur de « Hunger Games » signe un thriller résolument féministe.

Les hommes au rencard ! Les femmes prennent la relève dans Ocean’s 8 de Gary Ross. Enterré Danny Ocean alias George Clooney. Sa sœur jouée par Sandra Bullock prend sa place accompagnée par, notamment, Cate Blanchett, Helena Bonham-Carter, Sarah Paulson et Rihanna.

Ces arnaqueuses ont décidé de s’approprier un collier en diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Leur lieu d’action ? Le Met, prestigieux musée new-yorkais. Elles n’ont qu’une soirée de gala pour récupérer le bijou au cou d’une ravissante actrice campée par Anne Hathaway. Sans avoir besoin d’être onze ou douze comme les messieurs, elles s’en tirent aussi bien à huit voire mieux. 20 Minutes vous explique.

Elles ont de la classe, beaucoup de classe

Qu’elles sont belles, ces drôles de dames ! Leur charme ne vient pas seulement de leurs plastiques, ni de leurs tenues finement choisies mais aussi de leurs intelligences vives. Elles réagissent au quart de tour au moindre grain de sable dans la mécanique de leur machination diabolique.

Elles sont grossières mais jamais vulgaires

Entendre Helena Bonham-Carter parler suavement des « nichons » d’Anne Hathaway, en français, à un joaillier récalcitrant offre un vrai moment de bonheur. Les héroïnes ont leur franc-parler sans jamais sombrer dans la vulgarité. Elles gardent leur sens de l’humour et de la repartie en toutes circonstances.

Elles ont des idées (et des bonnes)

Et même plus d’idée qu’on l’aurait supposé quand elles exposent leur plan au début du film. Les « Ocean’s 8 » étonnent jusqu’à la fin de ce thriller au féminin. Le spectateur n’est pas au bout de ses surprises habilement dévoilées par le réalisateur du premier Hunger Games.

Elles sont unies envers et contre tout

Comme les huit doigts de la main ! Pas de rivalité et même une franche camaraderie est au menu d’aventures où les crêpages de chignons n’ont pas droit de cité. Les femmes sont ici solidaires. Sandra Bullock sait motiver ses troupes avec autant de fermeté que de charisme. Girl power !

Elles sont féministes, juste ce qu’il faut

Ces reines du casse ne se laissent pas marcher sur les pieds. Elles ne croquent pas que les diamants mais aussi la vengeance, un plat qui se déguste froid. Si elles n’ont rien contre les hommes, elles seront toujours prêtes à faire passer l’envie de trahison aux mâles félons qui payent comptant leur duplicité.