VIDEO. «Chasseuse de géants» confronte une fille mal dans sa peau à ses terreurs adolescentes

FANTASTIQUE Adaptation d'un roman graphique qui sort directement en vidéo, «Chasseuse de géants» décrit le destin très personnel une adolescente aux oreilles de lapin qui s'improvise guerrière...

Caroline Vié

— 

Madison Wolfe dans Chasseuse de géants d'Anders Walter
Madison Wolfe dans Chasseuse de géants d'Anders Walter — Lonesome Bear
  • « Chasseuse de géants » est une adaptation du roman graphique « I Kill Giants ».
  • Une adolescente mal dans sa peau y affronte des monstres.
  • Le film sort directement en vidéo.

Chasseuse de géants d’ Anders Walter sort directement en vidéo (chez Lonesome Bear) sans passer par la case ciné. Mais cela ne vaut pas dire que cette adaptation live du roman graphique I Kill Giants (éd. HiComics) est ratée, bien au contraire. Et on compte bien profiter de cet article pour vous expliquer pourquoi.

Joe Kelly (scénariste) et Ken Niimura (dessinateur) ont activement participé à la transposition de leur bande dessinée à l’écran. Ils y décrivent les épreuves d’une adolescente mal dans sa peau (excellente Madison Wolfe, vue dans Conjuring 2) que son obsession pour les géants et la façon de les combattre isole de ses camarades de lycée. « Plus jeune, j’avais tendance à m’inventer des aventures imaginaires pour échapper à tout ce qui me déplaisait dans la vie », explique Joe Kelly à 20 Minutes.

Une héroïne aux oreilles de lapin

Evoluant entre réalité et fiction, le spectateur est rapidement envoûté. L’histoire n’est pas sans rappeler celle de Quelques minutes après minuit de Juan Antonio Bayona. Pour autant, les œuvres sont vraiment différentes, bien qu’elles confrontent un être jeune à des créatures dont on ne se sait jamais si elles existent vraiment. « Notre héroïne vit dans une terreur bien réelle qu’elle affronte avec courage, insiste le réalisateur Anders Walter. Comme tout ce qu’elle voit lui semble vrai, elle fait montre d’une bravoure remarquable. » Cette jeune fille perturbée et attachante touche en profondeur avec ses oreilles de lapin et l’arme qu’elle s’est fabriquée.

Une peur unique

« Les adultes sont dépassés par ce qu’elle vit, explique Joe Kelly. Le film et le livre explorent cette zone très particulière de l’adolescence à laquelle il leur est impossible d’avoir accès. » Même une psychologue compréhensive incarnée par Zoe Saldana, ne parvient pas à secourir la demoiselle. « J’ai veillé à retrouver l’atmosphère angoissante du roman graphique notamment lorsqu’elle doit faire face aux monstres », avoue le cinéaste. Ces derniers sont vraiment impressionnants face à la frêle lycéenne qui ne recule devant rien pour les arrêter. « Une seule chose lui fait vraiment peur, » insiste Joe Kelly.

Un final douloureux mais nécessaire

Ce n’est que dans les dernières minutes du film que le public saura de quoi il s’agit. « Ce dénouement est douloureux, mais nécessaire, car vient toujours un moment où il faut abandonner la fiction pour faire face à la vérité », martèle Joe Kelly. Sur le papier ou à l’écran Chasseuse de géants se montre clairement à la hauteur de la situation.