Festival de Cannes: On a failli voler la Palme d'or du jury présidé par Cate Blanchett au dîner de clôture

CLOTURE Le dîner de clôture du Festival de Cannes s'est déroulé dans une atmosphère chaleureuse et conviviale...

Caroline Vié

— 

Cate Blanchett dans Manifesto de Julian Rosefeldt
Cate Blanchett dans Manifesto de Julian Rosefeldt — Haut et court
  • Cate Blanchett et ses jurés ont renontré les lauréats.
  • Certains délaissaient brièvement leur trophée.
  • D'autres les serraient contre leur cœur.

Bon ben voilà, Cannes 2018, c’est fini après l’annonce du palmarès… Mais avant de rentrer chez soi, on se dit au revoir et on se congratule un peu comme à la fin d’une colo. On a peine le temps de goûter aux petites merveilles préparées par le chef Pierre Gagnaire pour le dîner de clôture.

Le menu du dîner de clôture @festivaldecannes

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

En bref, c’est moins guindé : on se fréquente depuis douze jours et on n’a pas vraiment le temps de s’asseoir. C’est bien simple, on se sentirait presque à une soirée entre amis tant tout le monde semble à l’aise et heureux d’être là !

Palme d’or abandonnée

Les lauréats en oublient même de surveiller leurs prix. Des convives malhonnêtes auraient pu glisser prestement le trophée dans leur poche la Palme d'or reçue par Hirokazu Kore-eda pour Une affaire de famille. On a failli se laisser tenter et faire semblant de l’avoir reçue puis on a renoncé. Le réalisateur japonais avait d’autres chats à fouetter puisqu’il était en grande conversation avec la présidente du jury Cate Blanchett.

Kore-eda san avec Cate Blanchett au dîner de clôture @festivaldecannes

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

Jurée et lauréats comblés

Khadja Nin, lumineuse, s’est offert un selfie avec la lauréate du prix d’interprétation Samal Yeslyamova, révélation d’Aykapuis avec Marcello Fonte, le récipiendaire du Prix d’interprétation masculin pour Dogman. Les deux acteurs semblaient évoluer sur un petit nuage.

L’estomac « plein comme une pastèque »

Roberto Benigni est visiblement satisfait du dîner, il congratule le chef Pierre Gagnaire. Le réalisateur de La vie est belle avait le cœur « plein de joie comme une pastèque » comme il l’a dit sur scène et l’estomac aussi bien rempli !

L’heure de la sortie

Au moment du grand départ, la fête a continué pour Benicio Del Toro posant avec ses fans avec autant de gentillesse que de patience. Chic type ce Benicio, toujours souriant et disponible même à une heure du matin !

Dans ses bras

Quant à Lukas Dhont, réalisateur de Girl, notre chouchou du festival, il a emporté dans ses bras la grosse boîte contenant le trophée de la Caméra d’or. « Je vais dormir avec » a-t-il plaisanté avant de s’éloigner dans la nuit cannoise.