VIDEO. «Et mon cœur transparent», comme un cosmonaute sur une planète inconnue

DRAME Premier film singulier des frères Vital-Durand, «Et mon cœur transparent» flirte avec le cinéma de genre pour traiter du travail de deuil…

Caroline Vié

— 

Julien Boisselier dans Et mon cœur transparent de Raphaël et David Vital-Durand
Julien Boisselier dans Et mon cœur transparent de Raphaël et David Vital-Durand — Desitny film
  • « Et mon cœur transparent » détaille le délire d’un homme traumatisé par le décès de la femme qu’il a passionnément aimée.
  • Ce n'est pas un mélo, plutôt un film de genre entre thriller et poésie.
  • Julien Boisselier et Catarina Murino forment un couple atypique dans cette œuvre adaptée d’un roman de Véronique Ovaldé.

Après avoir perdu sa femme dans un accident, un veuf inconsolable part à la recherche d’explications sur ce décès. Julien Boisselier, acteur trop rare, émeut dans Et mon cœur transparent de Raphaël et David Vital-Durand où il souffre pour les (très) beaux yeux et la bouche fardée de rouge vif de la sublime Catarina Murino.

Loin d’être un mélodrame, ce premier long-métrage d’un duo de transfuges de la pub et du documentaire, prend une forme singulière entre thriller et poésie. « Le film de genre nous permettait de raconter une vraie histoire, avec des personnages curieux et un univers visuel expressif », expliquent les frères dans le dossier de presse.

Jouer comme un cosmonaute

Ils s’emparent d’un roman envoûtant de Véronique Ovaldé qu’ils transforment en voyage onirique où il est souvent difficile de faire la part entre la fiction et la réalité. Pour renforcer ce décalage, les cinéastes avaient donné des consignes très précises à Julien Boisselier. « Nous lui avons demandé de jouer son rôle comme s’il était un cosmonaute qui arrive sur une planète inconnue », précisent-ils. Le spectateur a, lui aussi, l’impression d’évoluer en apesanteur avec cet homme qui découvre les mystères d’une femme adulée, au risque de se perdre dans sa douleur.

Intrigant et fascinant

D’excellents seconds rôles (Serge Riaboukine et Sara Giraudeau) contribuent largement à l’atmosphère déroutante de cette œuvre singulière. Les hallucinations du héros et les nombreux flash-back autour d’une belle très aimée, insaisissable et manipulatrice comme une femme fatale de polar, intriguent délicatement. Les frères Vital-Durand ont trouvé un ton très personnel pour Et mon cœur transparent, dont le titre inspiré d’un poème de Verlaine, se révèle tout aussi fascinant que leur film.