Gilles Lellouche au Festival de Cannes : «Je ne me voyais pas diriger "Le grand bain" en slip»

SUCCES L’acteur et réalisateur a reçu un accueil triomphal en présentant une comédie qui a fait tordre le Festival...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

L'équipe du Grand Bain  de Gilles Lellouche
L'équipe du Grand Bain de Gilles Lellouche — Studio Canal
  • Gilles Lellouche a plongé une belle brochette de stars dans « Le Grand bain ».
  • Mathieu Amalric, Philippe Katerine, Guillaume Canet, Leila Bekhti et Marina Foïs l’ont accompagné sur la Croisette.
  • Après avoir faire rire les festivaliers, cette comédie réussie sortira en salle le 24 octobre.

Ils étaient tous là ou presque. A l’exception notable de Benoît Poelvoorde, toute l’équipe du Grand bain a accompagné Gilles Lellouche à la conférence de presse de cette réjouissante comédie. Mathieu Amalric, Philippe Katerine, Guillaume CanetLeïla Bekhti et Marina Foïs, complices, avaient reçu un accueil triomphal lors de la projection de la veille.

L’humour était bien entendu de mise tandis que réalisateur et comédiens parlaient de cette fantaisie où un groupe d’hommes un brin paumés et peu entraînés se lancent dans la natation synchronisée masculine. « Je voulais leur faire pratiquer une discipline qui les fragilise et les oblige à être solidaires », explique Gilles Lellouche qui ne joue pas dans son film parce qu’il « ne se voyait pas diriger Le Grand bain en slip ».

Un entraînement « pas top funky »

Les comédiens ont dû s’entraîner sérieusement pour être crédibles au moment des ballets aquatiques. « Nous nous sommes gainés » plaisante Philippe Katerine. Ils ont passé une partie de l’hiver dans l’eau ce que Gilles Lellouche qualifie joyeusement de « pas top funky ». Cette préparation a permis aux acteurs de mieux se connaître en servant le propos du film. « On était aussi fiers que nos personnages de voir que nous nous améliorions », avoue Guillaume Canet.

Les femmes ne se laissent pas noyer

Bien que les héros du film soient principalement masculins, Gilles Lellouche a écrit deux beaux rôles de femmes mais elles ne se sont laissées intimider ni sur le plateau, ni à al conférence de presse. « De toute façon, je ne pense qu’à moi alors je ne me sens jamais en minorité » s’amuse Marina Foïs. Elle a aussi taquiné Leïla Bekhti, qui incarne une coach mal embouchée : « La vraie Leïla n’est pas l’égérie L’Oréal mais la charretière du Grand Bain. »

Gilles Lellouche «auto-étonné»

Tous étaient dithyrambiques devant leur réalisateur, Gilles Lellouche. « Il a une autorité naturelle, souligne Philippe Katerine de sa voix douce. S’y soumettre était un honneur et un plaisir. » Gilles Lellouche avoue même s’être bluffé lui-même. « C’est la première fois de ma vie que je «m’auto-étonne», admet-il. Je ne me connaissais pas cette puissance de travail ». Il fait en tout cas montre d’un joli talent de cinéaste que les spectateurs découvriront en salles le 24 octbre prochain.