Festival de Cannes. Pourquoi «Les filles du soleil» peut décrocher la Palme d'or

LAURIERS Ce film sur des combattantes kurdes n'est certes pas un chef d'oeuvre, mais il contient tous les ingrédients pour obtenir la récompense suprême...

Caroline Vié

— 

Golshifteh Farahani dans Les filles du soleil d'Eva Husson
Golshifteh Farahani dans Les filles du soleil d'Eva Husson — Wild Bunch Distribution
  • Ce film de femmes, qui sort en salles le 21 novembre, a beaucoup d'atoûts pour emballer Cate Blanchett et son jury.
  • Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot sont au centre d'une intrigue riche en bons et grands sentiments.
  • Même sans palme d'or, il y a de grandes chances que «Les filles du soleil» se retrouve au palmarès.

Après une standing-ovation en séance officielle, Eva Husson et ses Filles du soleil peuvent envisager l’avenir sereinement. Si les réactions sont plus contrastées dans la presse et sur les réseaux sociaux, ces portraits de combattantes kurdes, avec Golshifteh Farahani en chef de guerre et Emmanuelle Bercot en reporter, ont tous les atouts pour séduire Cate Blanchett et son jury.

20 Minutes explique pourquoi ce deuxième long-métrage n'échappera pas au palmarès.

C’est un film de femmes

C’est un vrai film de meufs avec des femmes devant et derrière la caméra. L’histoire est aussi contée au féminin. Voilà donc une excellente occasion de faire monter une réalisatrice sur le podium.

C’est une ode à la liberté

Les héroïnes, anciennes captives d’extrémistes islamistes, ont pris les armes pour recouvrer leur liberté. Le message est courageux, même s’il n’est pas délivré avec une grande subtilité.

C’est bourré de beaux sentiments

La solidarité féminine, ça fait du bien quand on se retrouve sous le feu des balles. Un abus de bons sentiments peut nuire à la santé d’un film, mais il est possible qu’il touche les âmes tendres du jury, même si la musique souligne trop les effets.

C’est dans l’air du temps

Les filles du soleil aborde un thème d’actualité brûlant : la vente de femmes et d’enfants comme esclaves sexuels. Impossible de ne pas se sentir concerné par ces horreurs. Surtout quand on est un jury composé de personnalités engagées sur de nombreux sujets de société.

C’est le film idéal pour une Palme d’or

Un film de femmes qui parle d’actualité avec des tas de grands sentiments et un message de tolérance : voilà de quoi remplir toutes les cases du cahier des charges du jury.