Festival de Cannes. Victor Polster, star de «Girl» est une éblouissante révélation (On vous aura prévenus)

REVELATION « Girl », première grande surprise du festival, met en vedette Victor Polster, acteur et danseur que « 20 Minutes » a recontré…

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Victor Polster dans Girl de Lukas Dhont
Victor Polster dans Girl de Lukas Dhont — Diaphana

Victor Polster : retenez bien ce nom. Ce que fait ce jeune homme dans Girl, excellent premier film de Lukas Dhont présenté en sélection  Un certain regard, est exceptionnel. Ce danseur avait 15 ans au moment du tournage de cette chronique poignante. Il incarne avec une étonnante maturité une adolescente qui rêve de devenir ballerine alors qu’elle est coincée dans un corps de garçon.

« Jouer une personne transgenre ne m’a pas effrayé, confie Victor à 20 Minutes. Mes parents étaient plus inquiets que moi mais ils ont compris l’opportunité unique qu’offrait ce film et ils ne s’y sont donc pas opposés. » Calme et posé, le garçon ne semble pas avoir pris la mesure de sa performance alors qu’il répond aux interviews sur la terrasse du palais des Festivals.

Malmener son corps

Pour Girl, Victor a dû apprendre à danser comme une fille. « M’initier aux pointes a été le seul vrai risque que j’ai pris, explique-t-il. J’aurais pu me blesser ce qui aurait été catastrophique pour ma carrière de danseur. » Comme Lara, l’héroïne qu’il incarne, il a souffert pendant les scènes de ballet. « Elle malmène son corps pour en extraire toute la beauté cachée, précise-t-il. C’est aussi ce que je fais quand je danse. » Il se donne également à fond dans des scènes où la puissance de son jeu d’acteur prend le spectateur au débotté tandis que Girl, qui sortira le 10 octobre,constitue la première grande surprise du Festival et un candidat sérieux pour la Caméra d’or.

Une question de confiance

Les rapports tendres que son personnage entretient avec son père (Arieh Worthalter, épatant) sont au centre d’un récit taillé au cordeau par un cinéaste touché par la grâce. « Lukas m’a mis si bien mis en confiance que tout s’est fait de façon naturelle, dit-il. Les scènes les plus dures, celles où Lara se dispute avec son père, ne m’ont pas semblé difficiles à faire. » S’il a repris des études de danse, Victor Polster a aussi pris goût au métier d’acteur. « J’ai adoré jouer la comédie et je me verrais bien poursuivre l’expérience. » On ne voit pas ce qui pourrait empêcher ce garçon brillant d’y parvenir. Après Girl, les propositions ne devraient pas tarder à affluer.