Léa Seydoux à New York, le 21 avril 2018.
Léa Seydoux à New York, le 21 avril 2018. — Dennis Van Tine/STAR MAX/AP/SIPA

REGLEMENT DE COMPTE

Léa Seydoux «maltraitée» dans le cinéma : «On nous a conseillé de la fermer si nous voulions continuer à travailler»

Léa Seydoux est bien décidée à se battre pour l'égalité hommes-femmes dans le cinéma, notamment au festival de Cannes où elle fait partie du jury...

Elle fait partie des cinq femmes membres du jury de la 71e édition du festival de Cannes. A cette occasion, Léa Seydoux s’est confiée au magazine Elle et a évoqué l’égalité hommes-femmes dans le cinéma, pour laquelle elle milite, et ses espoirs après le mouvement #MeToo.

#timesup

A post shared by Lea Seydoux (@leaseydoux_genuine) on

Premier front : « L’égalité des salaires entre acteurs et actrices. » Un autre changement nécessaire, « la solidarité entre les femmes ». L’actrice précise : « Il y a du boulot. En France, il y a eu trop de voix divergentes sur ce sujet cet hiver, et ça ne m’étonne qu’à moitié. Lorsque j’ai dit, il y a cinq ans, qu'Adèle Exarchopoulos et moi-même avions été maltraitées sur le tournage de La vie d’Adèle, des actrices connues m’ont critiquée, et on nous a conseillé de la fermer si nous voulions continuer à travailler. »

« Davantage de bienveillance » aujourd’hui

Selon Léa Seydoux, son témoignage « serait reçu avec davantage de bienveillance » aujourd’hui qu’en 2013, à la sortie du film. Elle a d’ailleurs accusé Harvey Weinstein d’avoir tenté de l’embrasser de force lors d’un rendez-vous professionnel dans une tribune publiée en octobre 2017. « Nous parlions sur le canapé quand il a soudainement sauté sur moi et a essayé de m’embrasser, écrit-elle. J’ai dû me défendre. Il est grand, et gros, alors j’ai dû résister vigoureusement. »

With my girl 👯 @adeleexarchopoulos

A post shared by Lea Seydoux (@leaseydoux_genuine) on