Léa Seydoux «maltraitée» dans le cinéma : «On nous a conseillé de la fermer si nous voulions continuer à travailler»

REGLEMENT DE COMPTE Léa Seydoux est bien décidée à se battre pour l'égalité hommes-femmes dans le cinéma, notamment au festival de Cannes où elle fait partie du jury...

C.B.
— 
Léa Seydoux à New York, le 21 avril 2018.
Léa Seydoux à New York, le 21 avril 2018. — Dennis Van Tine/STAR MAX/AP/SIPA

Elle fait partie des cinq femmes membres du jury de la 71e édition du festival de Cannes. A cette occasion, Léa Seydoux s’est confiée au magazine Elle et a évoqué l’égalité hommes-femmes dans le cinéma, pour laquelle elle milite, et ses espoirs après le mouvement #MeToo.

Premier front : « L’égalité des salaires entre acteurs et actrices. » Un autre changement nécessaire, « la solidarité entre les femmes ». L’actrice précise : « Il y a du boulot. En France, il y a eu trop de voix divergentes sur ce sujet cet hiver, et ça ne m’étonne qu’à moitié. Lorsque j’ai dit, il y a cinq ans, qu'Adèle Exarchopoulos et moi-même avions été maltraitées sur le tournage de La vie d’Adèle, des actrices connues m’ont critiquée, et on nous a conseillé de la fermer si nous voulions continuer à travailler. »

« Davantage de bienveillance » aujourd’hui

Selon Léa Seydoux, son témoignage « serait reçu avec davantage de bienveillance » aujourd’hui qu’en 2013, à la sortie du film. Elle a d’ailleurs accusé Harvey Weinstein d’avoir tenté de l’embrasser de force lors d’un rendez-vous professionnel dans une tribune publiée en octobre 2017. « Nous parlions sur le canapé quand il a soudainement sauté sur moi et a essayé de m’embrasser, écrit-elle. J’ai dû me défendre. Il est grand, et gros, alors j’ai dû résister vigoureusement. »