20 Minutes : Actualités et infos en direct
CONTESTATIONLes acteurs de jeux vidéo veulent rejoindre la grève des comédiens

Les acteurs de jeux vidéo veulent rejoindre le mouvement de grève des comédiens aux Etats-Unis

CONTESTATIONLa présidente du syndicat des acteurs professionnels des Etats-Unis a dressé un parallèle entre les conditions de travail dans le cinéma, la télévision et les jeux vidéo, évoquant une « tyrannie »
Fran Drescher, présidente de la Screen Actors Guild‐American Federation of Television and Radio Artists (SAG-AFTRA), syndicat professionnel des acteurs américains, a estimé le sort des acteurs de jeux vidéo comparable à celui des autres comédiens.
Fran Drescher, présidente de la Screen Actors Guild‐American Federation of Television and Radio Artists (SAG-AFTRA), syndicat professionnel des acteurs américains, a estimé le sort des acteurs de jeux vidéo comparable à celui des autres comédiens. - Steve Sands/NewYorkNewswire/Baue / SIPA
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

«Aujourd’hui, notre accord sur les jeux vidéo est également dans une impasse », a récemment déclaré Fran Drescher, présidente de la Screen Actors Guild‐American Federation of Television and Radio Artists (SAG-AFTRA), syndicat professionnel des acteurs américains. Le mouvement de grève des comédiens de la télévision et du cinéma pourrait donc prochainement également toucher le secteur vidéoludique, indique BFM TV mardi.

Une consultation sur un potentiel débrayage

Si les négociations en cours avec les décideurs du monde des jeux vidéo ne prenaient pas un tour acceptable pour les acteurs et les doubleurs spécialisés, un débrayage serait envisagé. Un vote sur l’autorisation d’un tel mouvement de grève au sein des studios et éditeurs de jeux américains est d’ailleurs en cours auprès des membres du syndicat exerçant dans ce domaine.

Fran Drescher n’a pas hésité à dresser un parallèle entre les situations auxquelles les acteurs des différents secteurs sont confrontés. « Une fois de plus, nous sommes confrontés à la cupidité et au manque de respect des employeurs. Une fois de plus, l’intelligence artificielle met nos membres en danger en réduisant leurs possibilités de travailler », a-t-elle affirmé, évoquant une « tyrannie ».

Sujets liés