Le PS, faute de successeur, salue son grand patron

— 

Retourner à l’article