Mélenchon sur la route des européennes, épisode 2 de notre web série: la campagne "on n'a pas envie que ça s'arrête"

EUROPEENNES En partenariat avec Télétoc, notre web-série sur les traces du sénateur de l'Essonne en campagne aux européennes sur la circonscription sud-est...

— 

Malgré les appels répétés du PCF et du Parti de Gauche (de Jean-Luc Mélenchon) pour qu'il rejoigne leur "front de gauche", Olivier Besancenot (NPA) a plusieurs fois affirmé qu'il n'était "pas d'accord" pour un "bon coup électoral" aux européennes, défendant un "front durable" basé sur une indépendance totale vis-à-vis du Parti socialiste.
Malgré les appels répétés du PCF et du Parti de Gauche (de Jean-Luc Mélenchon) pour qu'il rejoigne leur "front de gauche", Olivier Besancenot (NPA) a plusieurs fois affirmé qu'il n'était "pas d'accord" pour un "bon coup électoral" aux européennes, défendant un "front durable" basé sur une indépendance totale vis-à-vis du Parti socialiste. — Boris Horvat AFP

Retourner à l’article