Après les « jets de tomates pourries », le temps de la reconnaissance pour les centres de suivi pour auteurs de violences conjugales

REPORTAGE Longtemps décriée, la prise en charge thérapeutique des auteurs de violences conjugales va se déployer sur tout le territoire. Exemple dans un centre de Tours

— 
Véronique Livéra est la responsable santé du CPCA de Tours qui prend en charge les auteurs de violences conjugales.
Véronique Livéra est la responsable santé du CPCA de Tours qui prend en charge les auteurs de violences conjugales. — H.Sergent/20Minutes

Retourner à l’article